Blog

Sortir (secrètement) du train-train pour la Saint-Valentin

par Margaux Souvignet, le 7 février 2017 | 4 commentaires

valentines-day-blog-post-final

Nous avons à peine eu le temps de nous remettre des pétillantes coupes de champagne de Noël et du jour de l’an, qu’il est déjà le moment de se préparer pour les mièvreries, ou les joliesses – tout est relatif – de la Saint-Valentin.
La fête des amoureux approche, et il y a des chances que vous n’ayez rien planifié pour votre moitié. N’ayez crainte, nous sommes là pour sauver votre réservation, voire votre vie amoureuse.

Frauder pour mieux emballer

Récemment, nous avons reçu un e-mail d’une cliente désemparée, qui voulait savoir qui avait volé ses informations de paiement pour réserver des billets sur notre site. Bien entendu, nous prenons la sécurité des données que vous nous confiez très au sérieux. Nous avons également un faible pour le Cluedo, si bien que nous nous sommes aussitôt lancés dans une enquête.
Notre découverte fut pour le moins surprenante : non seulement quelqu’un avait subtilisé ses informations de paiement, mais avait poussé le vice jusqu’à s’introduire dans son compte client. Cerise sur le gâteau : cette personne avait eu l’audace de réserver des billets de train aller-retour pour la Toscane, pour elle, son mari et deux de leurs amis.

Si vous n’aviez pas deviné ce qui s’est passé (vraiment ?), le mari de notre cliente désemparée avait essayé, sans succès, d’organiser une escapade surprise pour son épouse, en utilisant leur carte de crédit partagée. Il n’a pas seulement volé son cœur, mais également son identité. Vous savez ce que l’on dit : l’amour rend très mauvais criminel. Pour éviter ce genre de mésaventures, nous aimerions partager quelques astuces pour vous aider à organiser l’escapade idéale, et garder la surprise jusqu’au jour du départ.

Où partir ?

Votre voyage débutera peut-être avec le fameux petit-déjeuner servi à bord de la première classe du Thalys, et se terminera avec une promenade le long des canaux d’Amsterdam. Vous pouvez aussi vous blottir à deux au fond d’une calèche dans les rues de Vienne. Si vous êtes plutôt du genre actif, optez plutôt pour un long week-end du côté des Alpes, pour skier jusqu’à en rêver la nuit, et bien sûr, pour partager un dîner romantique à base de fromage fondu. Si vous n’êtes pas Parisien, c’est aussi l’occasion de découvrir la romantique ville Lumière. En revanche, notez que nous n’organiserons pas de portes-ouvertes de nos bureaux à ce moment là – nos développeurs aux charmes ravageurs ont déjà brisé quelques couples.

Si vous souhaitez partir plus longtemps, vous pouvez aussi faire d’une pierre deux coups en visitant plusieurs villes proches. La pittoresque Anvers se trouve seulement à 1 heure de train d’Amsterdam, et 50 minutes de Bruxelles. Si vous cherchez à faire monter la température dans un climat un peu plus clément en ce mois de février, une excursion à Séville ou Valence est ce qu’il vous faut. Depuis Séville, vous pouvez facilement vous rendre sur la côte, ou au contraire, remonter dans les terres ibériques pour visiter l’historique Cordoue.

Picture of Parque Maria Luisa in Sevilla

Séville a des airs de Venise. Ou plutôt des canaux.
Crédits : Frayle / Flickr

Quand et pour combien de temps ?

Vous partez pour un week-end, ou décrochez pendant une semaine ? Quoi qu’il en soit, vous devrez lâcher quelques indices à votre moitié pour qu’il ou elle se mette en arrêt maladie d’amour rapidement.

Gardez quelques écus pour votre élu(e)

Réservez en avance pour obtenir les meilleurs prix sur vos billets de train, et notez bien la date de mise en vente des billets pour réserver l’esprit tranquille. Les dates varient selon les transporteurs.
Vous êtes plutôt du genre impromptu ? Pas de souci, nous garantissons que vous obtiendrez toujours le meilleur prix disponible.

Vous avez besoin d’un coup de main ?

Picture of the red train in Chamonix.

Les amateurs de trains rouges seront servis à Chamonix.
Crédits : Daniel Luis Gómez Adenis / Flickr

Nous avons mis notre équipe d’experts du rail et du romantisme à contribution pour vous proposer quelques suggestions de leur cru. Voilà quelques uns de nos trajets favoris pour une escapade amoureuse :

  • Paris – Amsterdam en train.
  • Londres – Paris en Eurostar.
  • Amsterdam – Anvers
  • Paris – Bruges
  • Berlin – Copenhague
  • Milan – Rome
  • Séville – Cordoue
  • Paris – Chamonix
  • Paris – Zermatt
  • Berlin – Prague
  • Et si vous hésitez encore, examinez toutes les destinations que nous couvrons, en train bien entendu, cela vous donnera certainement des idées.

    Ne pas laisser de trace

    Pour ne pas vous faire prendre la main dans le sac, il va falloir faire votre achat furtivement, surtout si vous avez un compte joint. Notre recommandation ? Une carte à débit différé est le meilleur moyen de ne pas afficher immédiatement l’achat dans votre compte, ce qui dévoilerait vos plans romantiques. Si vous n’avez pas cette option sur votre carte, vous pouvez toujours utiliser votre compte Paypal pour vos achats chez nous.

    L’amour est dans le carré

    Il ne vous reste plus qu’à régler les derniers détails avant de partir à la rencontre de l’amour. Si vous ne supportez pas d’être séparé de votre compagnon à quatre pattes, pourquoi ne pas l’emmener avec vous ? Nous proposons aussi les billets animaux sur les trains de la SNCF.

    Et si vous n’êtes pas particulièrement romantique, ou comme beaucoup d’entre nous, n’avez personne à surprendre le 14 février, rien ne vous empêche de sortir du train-train et monter dans un train à tout moment. Votre prochaine histoire d’amour vous fera peut-être du pied dans votre carré.

    TGVmax, le train illimité pour les 16 – 27 ans

    par Margaux Souvignet, le 24 janvier 2017 | 22 commentaires

    Photography of a train in a nice sunny mountain scenary.

    Les photos de cet article vont vous donner envie de voyager avec TGVmax – Crédits : Enzo Jiang / Flickr

    TGVmax, l’abonnement de train illimité de la SNCF pour les 16 – 27 ans, est enfin disponible. Une fois votre abonnement souscrit, vous pouvez l’utiliser sur notre site et nos applications iOS et Android et voyager sans aucuns frais supplémentaires. Lancé en grande pompe le 25 janvier, après plusieurs jours de rumeurs, l’abonnement TGVmax promet de belles escapades aux chanceux qui peuvent profiter du train illimité.

    Retour sur l’histoire

    Le 10 janvier dernier, Le Parisien publiait un article évoquant une offre inédite lancée par la SNCF au doux nom d’Happy Card. En bref, il y était question de train illimité, pour les jeunes de 16 à 27 ans. Le nom Happy Card fleurait la bonne humeur et l’insouciance, car le train illimité, ça rend heureux, bien entendu. L’article mentionnait du vrai mais aussi pas mal de faux. Les rumeurs ont fusé, la SNCF n’a confirmé que la date du 25 janvier, et l’info a été reprise un peu partout dans la presse.

    Enfin, vint la date fatidique du 25 janvier : le dévoilement d’Happy Card une bonne fois pour toutes, sous le nom TGVmax. Le vrai nom de la liberté, comme le chantait Hervé Cristiani.

    Ce qu’il se passe dans nos têtes quand on entend TGVmax.

    Nous sommes très heureux de vous présenter cette offre sur laquelle nous avons travaillé d’arrache-pied pour pouvoir vous la proposer à temps. Nous tenions également à vous éclairer sur le vrai du faux, après avoir lu plusieurs énormités ça et là.

    TGVmax, en quelques chiffres

    TGVmax est un abonnement SNCF destiné aux voyageurs de 16 à 27 ans. Pour 1 € le premier mois (si vous vous abonnez avant le 28 février), puis 79 € par mois, vous pouvez voyager à volonté en TGV et Intercités à réservation obligatoire. Une fois l’abonnement payé, vous pourrez obtenir des billets pour ces trains pour 0 €. Oui, vous avez bien lu. Zéro. Euro. Soit exactement pareil que si vous ne preniez pas le train.

    Pour qui ?

    Comme la Carte Jeune, l’abonnement TGVmax est destiné aux 16 – 27 ans. Si vous avez bientôt 28 ans, ce n’est tout de même pas une raison de vous priver : votre abonnement TGVmax sera résilié automatiquement et sans frais le mois de votre anniversaire.

    Photo of a landscape taken from a high-speed TGV train

    Un aperçu de vos week-ends à venir. – Crédits : Wilfried Joh / Flickr

    Tarifs et conditions

    Malgré ce titre de paragraphe bien sérieux, n’ayez crainte. Nous souhaitons simplement que vous vous y retrouviez dans les conditions de l’offre, et puissiez envisager vous abonner avec toutes les cartes en main. Nous ferons des jeux de mots quand vous les connaîtrez sur le bout des doigts.

    Vous pouvez faire votre demande d’abonnement sur ce site. Malgré son apparence, vous êtes bien chez nous.

    Pour vous abonner, vous devez préparer un scan de votre carte d’identité (les passeports et cartes de séjour sont aussi acceptés), votre plus belle photo d’identité – on me dit dans l’oreillette que vous avez le droit de sourire, pour faire honneur au nom de code Happy Card. Il faudra également que vous ayez votre RIB sous la main. Une fois ces documents numérisés et à portée de main, rendez-vous donc par ici.

    Le prélèvement de 79 € (1 € le premier mois si vous vous abonnez avant le 28 février) se fait automatiquement sur votre compte bancaire. La reconduction est automatique d’un mois sur l’autre. L’engagement de l’abonnement TGVmax est de 12 mois. Cependant, vous pouvez résilier votre abonnement TGVmax en anticipé au bout de 3 mois, avec 15 € de frais, au plus tard une semaine avant la fin de votre échéance mensuelle. Sinon, le mois suivant est facturé.

    Au-delà d’un an d’abonnement, les frais de résiliation disparaissent.

    Photo of an Intercités train crossing a field of yellow flowers

    Les Intercités ne sont pas en reste – Crédits : David Schangel / Flickr

    Quand et comment réserver mes billets TGVmax ?

    La réservation est obligatoire : l’abonnement TGVmax ne vous permet pas de prendre un train sans billet.
    Vous pouvez réserver les trains compris dans l’abonnement TGVmax chez nous, une fois l’abonnement ajouté à votre compte. Les places TGVmax sont définies à l’avance, sur une large sélection de TGV et d’Intercités.

    Les réservations TGVmax ouvrent 30 jours avant le départ. Lancez votre recherche sur notre site ou nos applications iOS et Android, en vérifiant que votre abonnement soit bien activé dans votre profil passager : si vous voyez des billets à 0 €, c’est qu’il y a des places au tarif TGVmax.

    Seuls les trains TGV et Intercités à réservation obligatoire sont concernés par TGVmax. Il n’est pas possible de réserver des billets TER ou Intercités sans réservation avec cet abonnement.

    Si votre trajet comporte une correspondance, même entre 2 trains couverts par l’abonnement TGVmax, vous devez les réserver séparément. Nous vous conseillons donc de prévoir une correspondance assez large.

    Vous ne pouvez pas réserver pour plusieurs passagers en même temps, même s’ils ont tous un abonnement TGVmax. Il faudra effectuer des recherches séparément.

    Photo of a train crossing the Viaduc d'Agay in south east France.

    Bon voyage ! – Crédits : Enzo Jiang / Flickr

    Illimité, oui mais

    L’illimité a souvent une limite. Ici, elle existe avant tout pour éviter la multiplication des réservations sans que les personnes soient sûres de voyager. L’objectif est de proposer le maximum de places disponibles pour les voyageurs détenteurs de l’abonnement.

    Vous pouvez réserver jusqu’à six billets TGVmax en même temps, soit 3 allers-retours, et cela, toujours 1 mois à l’avance seulement. Par ailleurs, si vous décidez de ne pas partir, pensez aux autres abonnés de TGVmax en libérant votre place avant votre départ.

    Retour sur l’année 2016

    par Margaux Souvignet, le 3 janvier 2017 | 12 commentaires

    Illustration of a train coming out of a tunnel representing the 2016 year.

    Depuis 3 ans, nous revenons sur l’année précédente en chiffres : 2015, 2014, 2013… Nombre d’utilisateurs, d’employés, de kilomètres parcourus… On vous a tout détaillé. Des spéculateurs ont d’ailleurs monté les scénarios les plus fous.

    Cette année, haro sur les chiffres. Non pas qu’ils soient moins significatifs qu’avant. Mais nous avions envie de changer la formule, à l’image de notre année 2016, riche en projets, surprises et nouveautés. Même si, au fond, on reste les mêmes™.

    Merci, autant pour votre bienveillance que pour vos commentaires indignés. Ils nous encouragent à continuer, car vous, les vieux de la vieille bêta et les petits nouveaux, portez une attention remarquable à ce que nous faisons.

    • Janvier

      Le paiement grande vitesse
      Nous avons débuté l’année sur les chapeaux de roue : votre paiement lancé à 320 km/h sur nos machines, pour que votre réservation soit toujours plus rapide. On garde vos informations au chaud, et vous pouvez réserver en quelques clics.

    • Février

      Parlons affaires
      Après un lancement en bêta au mois de novembre 2015, nous avons sorti Captain Train for Business en février. Les fonctionnalités sont les mêmes que celles de notre produit grand public, mais adaptées aux besoins des professionnels et des entreprises. Un même mot d’ordre : simplicité.

    • Mars

      Welcome Trainline
      Dans la grande histoire de Captain Train, notre fusion avec Trainline, numéro 1 de la vente de billets de train en ligne de l’autre côté de la Manche, reste un événement majeur. De nouvelles possibilités s’offrent à nous pour vous proposer une vraie expérience de voyage à l’échelle du continent européen.

    • Mai

      Visiteurs bienvenus
      Nous lançons pour de bon un mode visiteur sur notre site web. Dans notre quête de l’expérience client la plus simple possible, la création de compte obligatoire était une sacrée épine. Côté applications mobiles, il faut attendre la fin de l’année 2016 pour pouvoir réserver incognito.

    • Juin

      ¡Vamos!
      Après l’Allemagne et l’Italie, l’Espagne vient s’ajouter en juin à la liste des pays dont nous vendons les billets. Nous ne sommes pas peu fiers de vous proposer également notre site et nos applications en espagnol. Quand nous faisons quelque chose, nous le faisons muy bien.

    • Septembre

      Une menthe à l’eau
      En cette rentrée, nous devenons Trainline, sous un beau vernis vert menthe que vous avez pu apercevoir dans le métro parisien. Pour rassurer nos utilisateurs les plus fidèles, nous les avons conviés dans nos bureaux pour une surprise. Chez vous, un indice.

    • Octobre

      Un temps de chien
      Oui, mais une belle nouvelle pour nos amis à 4 pattes. Nous proposons enfin les billets animaux sur les trajets de la SNCF. Petite anecdote : cette fonctionnalité a sûrement été l’une des plus demandées depuis les débuts de Capitaine Train.

    • Novembre

      Prenez garde à l’ouverture des portes
      En cette fraiche fin d’année, on ouvrait nos portes aux curieux de Startup Assembly. Un certain nombre de viennoiseries furent mangées, et des présentations sur notre machinerie de paiement ou sur l’état d’esprit du service client furent rondement menées.

    • Décembre

      Des frites dans la hotte
      Pour cette fin d’année, nous étions heureux de vous proposer des billets pour des trajets à l’intérieur du Bénélux. À vous le chocolat à volonté, à toute époque de l’année. Pensez à nos Lutins*, ils en raffolent.

    Si vous avez lu jusqu’ici, bravo. Voilà une petite info sous le manteau : nous sommes déjà en train de travailler sur de beaux projets pour 2017 et nous vous dirons tout, ici même.

     

    * Il ne fallait pas, non vraiment, j’insiste. Leur adresse :
    Trainline
    Lutins
    20 rue Saint-Georges
    75009 Paris

    Les billets belges, hollandais et luxembourgeois débarquent sur Trainline

    par Brice Boulesteix, le 12 décembre 2016 | 12 commentaires

    Illustration of symbols representing Benelux.Les billets belges, hollandais et luxembourgeois sont désormais en vente sur notre site et dans nos applications mobiles. À vous le Benelux ! Après la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, nous ajoutons la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg, jusqu’ici desservis par une poignée de lignes, à la liste des pays dont nous vendons les billets de train.

    Un peu d’histoire

    Entre le Nord de la France et l’Ouest de l’Allemagne de l’Ouest se trouve le Benelux, nom qui recouvre à lui seul trois pays bien distincts : la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. Trois pays qui ont pourtant tenu à former une union économique au sortir de la Seconde Guerre mondiale, afin de peser face à leurs plus grands voisins. Ainsi naquit le Benelux.

    Harmonisation ferroviaire

    Avant tout économique, cette union a aussi permis d’harmoniser la vente des billets de train belges, hollandais et luxembourgeois, pour que le Benelux puisse être traversé en train comme s’il ne s’agissait que d’un seul et même territoire. Par conséquent, en nous branchant aujourd’hui au Benelux, ce n’est pas un pays que nous ajoutons, mais bien trois — voire plus si nous tenions à rentrer dans les querelles linguistiques dont nos amis Belges ont le secret.

    Se rendre au Benelux

    Avant de prendre le train à l’intérieur du Benelux, encore faut-il s’y rendre. Ça tombe bien, des trains y vont tous les jours, plusieurs fois par jour. Suivez le guide.

    Vers Bruxelles

    picture of the royal gallery in Brussels

    La galerie du Roi — Flickr/Stephane Mignon

    La capitale du plat pays, qui est celui de Jacques Brel, accueille une partie des institutions européennes et le lot de costumes gris qui va avec. Mais quand vient le soir, les rues de la capitale s’animent et les cadres européens s’y enivrent de substances décadentes, comme la bière ou le chocolat. Aller à Bruxelles en train :

    Vers Amsterdam

    pictures of Amsterdam housses with bikes

    À bicyclette

    Bien que le calendrier hollandais compte peu de jours fériés, Amsterdam est surtout célèbre pour ses ponts. Passé ce paradoxe, la capitale des Pays-Bas ravira le voyageur de passage à grands renforts de bateaux, de vélos, et de maisons étroites qui miroitent dans les eaux noires des canaux. Aller à Amsterdam en train :

    Vers Luxembourg

    Picture of the river in the city of Luxemburg

    Et au milieu coule une rivière — Flickr/Flavio Ensiki

    Bien au chaud entre la France, la Belgique et l’Allemagne, le Grand-Duché de Luxembourg jouit d’une position centrale en Europe occidentale, qui permet à ce petit pays par la superficie de briller dans les services financiers. Doté d’un beau réseau ferroviaire, le petit duché se traverse facilement en train : pour vous rendre au Nord, descendez par la voiture de tête ; pour aller au Sud, descendez par l’arrière du train. Capitale du pays éponyme, la ville de Luxembourg vaut le détour, ne serait-ce que pour apprécier son quartier fortifié, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Aller à Luxembourg en train :

    Ailleurs au Benelux

    Ces nouveaux billets sont aussi l’occasion de découvrir la face cachée du Benelux. En Belgique, nous vous conseillons Anvers, Bruges ou Liège. Aux Pays-Bas, profitez-en pour voir Utrecht, La Haye, Gouda ou Maastricht. Maintenant que nous proposons toutes ces destinations, ce serait bête de s’en priver.

    Prendre le train au Benelux

    Picture of Antwerp train station with large door

    L’envers de la gare d’Anvers — Flickr/squawkr

    Grâce au travail de Mick, vous pouvez désormais prendre le train pour voyager à l’intérieur de la Belgique, des Pays-Bas ou du Luxembourg ; soit près de 7000 km de chemins de fer, avec la mer du Nord comme dernier terrain vague.

    Prix des billets

    Au Benelux, le prix des billets dépend avant tout de la longueur de votre trajet. Plus vous voyagez loin et plus vous payez. À titre d’exemple, voici ce que coûtent des trajets courants, pour un adulte :
    Trajet Seconde Première
    Bruxelles – Bruges 14,30 € 22 €
    Amsterdam – Haarlem 5,20 € 8,20 €
    Eindhoven – Liège 23 € 37,70 €
    Rotterdam – Anvers 22,60 € 36,40 €
    Luxembourg – Gand 45 € 63,80 €
    Bruxelles – Amsterdam 45,60 € 74 €
     

    Quand réserver

    Contrairement à ce qui se pratique en France ou en Allemagne, le prix des billets de trains au Benelux ne varie pas en fonction du temps. Dit autrement, que vous achetiez votre billet longtemps à l’avance ou le jour de votre voyage, vous payerez exactement la même chose. La date de réservation n’a donc pas d’influence sur le prix du billet.

    Poser une option sur un billet

    Si vous possédez un compte Trainline, vous avez peut-être déjà remarqué que nous posons une option sur vos billets dès que vous en ajoutez un dans votre panier. Une option est une réservation, qui vous permet de bloquer un billet pendant un certain temps, sans pour autant que vous ayez à le payer de suite. Au même titre que les billets SNCF ou Deutsche Bahn, les billets pour circuler au Benelux peuvent faire l’objet d’une option, si vous tenez à vous décider plus tard. Seule ombre au tableau : l’option expirera généralement au bout de quelques heures. Ne tardez donc pas trop à vous décider une fois l’option posée.

    Places assises

    Les trains qui circulent à l’intérieur du Benelux fonctionnent un peu comme les TER français, dans le sens où la réservation d’une place assise y est impossible. Votre billet portera donc nécessairement la mention « placement libre » et vous pourrez vous asseoir où vous voulez dans le train.

    Les billets de train au Benelux

    Picture of a Duvel beer on a train

    Le wallon-bar — Flickr/Omid Tavallai

    Des e-billets à imprimer

    Tous les billets que nous vendons pour prendre le train au Benelux sont des e-billets nominatifs, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas être revendus sur le marché de l’occasion. Les e-billets doivent être imprimés chez vous sur une feuille A4. L’affichage sur le téléphone ne suffit malheureusement pas ; ou plutôt, nous préférons que vous soyez tranquilles si jamais vous tombez sur un contrôleur qui ne croit que ce qu’il voit sur papier.

    Échanges et annulations des e-billets

    Les e-billets ne sont pas échangeables, c’est-à-dire que si vous tenez à changer de billet, vous devez d’abord annuler votre billet avant d’en prendre un autre. L’annulation des billets ne peut se faire que sur notre site et dans nos applications. Les guichets belges, hollandais, ou luxembourgeois ne pourront hélas rien faire pour vous si vous souhaitez modifier un billet acheté chez nous. Transmettez-leur nos amitiés ferroviaires malgré tout.

    Les tarifs des billets

    Picture of Brussels Midi train station

    La seule gare qui donne l’heure — Flickr/R/DV/RS

    Comme ailleurs, les transporteurs du Benelux proposent plusieurs tarifs. Pour simplifier, nous vendons de notre côté deux tarifs, Domestic et Standard, dont les conditions sont similaires, que vous voyagiez en Belgique, aux Pays-Bas, ou au Luxembourg. Dans les grandes lignes, les billets au Benelux :
    • ne peuvent pas être échangés ;
    • peuvent être annulés (moyennant 5 € ou 15 €).

    Conditions des tarifs Domestic et Standard

    Le tarif vedette en Belgique s’appelle Domestic. Les hollandais et les luxembourgeois ont choisi de l’appeler Standard quant à eux, mais le principe reste le même. Les billets au tarif Domestic ou Standard ne sont pas échangeables. Ils sont remboursables avant le départ du train, moyennant 15 € si l’annulation a lieu le jour du départ (avant le départ), et 5 € si elle a lieu la veille ou davantage en amont.

    40 % de réduction vers la Belgique au départ de Lille-Flandres

    Pour les Lillois qui souhaiteraient se rendre en Belgique, la SNCB a mis au point le tarif Trampoline Weekend. Ce tarif aller-retour donne droit à 40 % de réduction sur le tarif Standard, en première comme en seconde classe. Les ressorts du tarif Trampoline Weekend sont assez simples :
    • tarif valable entre Lille-Flandres et toutes les gares Belges ;
    • l’aller-retour doit être effectué au cours du même week-end ;
    • l’aller doit être effectué entre le vendredi et le dimanche ;
    • le retour doit être effectué le samedi ou le dimanche.

    Nos conseils pour bien voyager au Benelux

    Picture of Brugge at night

    Bruges : une ville vraiment multi-canal — Flickr/Carlos Andrés Reyes

    L’astuce du Capitaine : changez à Lille en direction de la Belgique

    Le tarif Trampoline Weekend permet aussi de réaliser de belles économies au départ de Paris, si bien sûr vous n’avez rien contre quelques minutes supplémentaires de trajet. Par exemple, sur un aller-retour Paris – Bruges, du vendredi au dimanche, pour un adulte sans carte de réduction SNCF :
    Trajet AR Seconde Première Durée totale
    Paris – Bruges via Bruxelles 175,20 € 240 € 2 h 37
    Paris – Bruges via Lille-Flandres 95,40 € 110,80 € 5 h 55
    Les prix constatés peuvent varier selon la date du voyage et l’heure de départ, mais les économies réalisées en passant par Lille-Flandres sont généralement plus qu’intéressantes. On peut dire merci à Mick. Merci à Mick !

    Voyager avec un vélo

    Si vous souhaitez voyager à l’intérieur du Benelux avec un vélo, réservez d’abord un billet pour vous en ligne et rendez-vous au guichet pour acheter un billet pour votre vélo. Contrairement aux trains SNCF, nous ne vendons pas de place vélo sur notre site pour les opérateurs du Benelux. Voici les prix au guichet pour une place vélo au Benelux :
    • 5 € pour un trajet simple ;
    • 8 € pour un nombre illimité de trajets dans la même journée ;
    • gratuit si votre vélo voyage plié.

    La suite

    Nous travaillons déjà pour que notre guichet couvre toute l’Europe, mais si vous souhaitez nous influencer dans les choix de pays à ajouter ensuite, laissez-nous vos suggestions géographiques dans les commentaires ci-dessous. Nous ouvrirons un petit registre pour chaque idée. P.-S. Il parait que Jacques a voulu voir les flamands roses et qu’il a vu Bruxelles.

    Partager les droits d’accès

    par Pierre de La Morinerie, le 2 décembre 2016 | 3 commentaires

    Picture of crossed keys, inspired by the film "The Grand Budapest Hotel" by Wes Anderson

    Les clés du serveur / crédits

    Chez Trainline Europe, nous avons vite décidé de faire confiance aux gens que nous recrutons. Une fois que vous rejoignez le wagon, vous ne restez pas sur le marchepied. Vous n’obtiendrez pas un accès progressif au code, une vue partielle de nos systèmes d’exploitation ou des droits au cas par cas : tout employé a accès à tout, autant que possible, dès le début de son aventure chez nous.

    Cette décision accorde beaucoup d’avantages concrets. Elle permet de libérer la créativité de chacun : quand vous n’avez pas à requérir une permission d’accès, vous êtes libre d’expérimenter pour arriver à des solutions. Elle évite les moments de flottement et la paperasse supplémentaire : quand l’administrateur système part en vacances, le travail sera fait sans attendre son retour pour valider les changements. Elle rend tout le monde plus responsable : quand vous obtenez les droits d’accès à un système, vous avez tendance à prendre cette responsabilité plus à cœur.

    Étudions ensemble quelques exemples.

    Par ici, le nouveau. Suis-moi.

    Bienvenue chez Trainline Europe. C’est votre premier jour, et en quelques heures, vous aurez accès à tous nos outils.

    Vous êtes un WOW Engineer (aussi connu chez nous sous le nom de « spécialiste expérience client »), avec pour mission d’aider nos clients en cas de pépin ? Vous aurez bien entendu accès à OTRS, notre outil de gestion du support par mail. Mais vous pourrez aussi explorer GitLab, l’outil utilisé par nos développeurs pour écrire et héberger le code-source de tous nos programmes. Vous y trouverez notre carnet de suivi de problèmes, et pourrez laisser des commentaires sur notre code ou nos ébauches d’interfaces. Mieux, on vous formera même à le faire. Vous utiliserez ces connaissances pour répondre plus précisément à nos clients (« Oui, nous sommes bien en train de travailler sur l’intégration des billets pour Eu-La-Mouillette »), mais aussi pour remonter les problèmes aux développeurs.

    Vous êtes développeur ? Vous aurez accès à GitLab, mais aussi à OTRS, notre plateforme de support client. Vous pourrez l’utiliser pour administrer les candidatures reçues, mais aussi pour répondre à de vraies questions posées par nos vrais clients. Mieux, on vous formera même à le faire. Prendre connaissance des problèmes que rencontrent nos clients sans passer par un intermédiaire vous donnera une meilleure idée de comment faire progresser notre produit, ou les outils qu’utilisent nos WOW engineers. Vous aurez les droits pour les mises en production, dès le premier jour. Nous n’avons pas encore trouvé de meilleure façon d’accueillir nos nouveaux développeurs que de les faire déployer leurs propres améliorations.

    Vous aurez aussi accès à notre blog. Vous pouvez y écrire ce que vous voulez, et vous pourrez appuyer vous-même sur le bouton « Publier ». Vous souhaitez parler d’un sujet qui vous tient à coeur ? Connectez-vous et commencez à écrire. Bien sûr, on vous conseille de vous faire relire par quelqu’un d’autre, et de demander à la personne responsable du calendrier éditorial le bon moment pour publier votre article. Mais vous n’entendrez jamais un « Désolé, l’administrateur est en Antarctique pour 3 semaines ».

    Nous utilisons Slack pour discuter entre nous. Il s’y passe beaucoup de choses : du travail, des notifications, des conversations à propos de sujets plus ou moins sérieux… Il vous manque un emoji pour vous exprimer pleinement ? Ajoutez-le, c’est permis. C’est comme cela que le rituel de mise en production prit forme de façon spontanée, en attribuant à chaque projet un emoji personnalisé. Vous souhaitez coordonner le travail de chacun sur une nouvelle fonctionnalité ? Il vous suffit de créer un nouveau channel (autrement dit, fil de discussion) public, visible et joignable par tous. Personne n’en restreindra l’accès – et si le channel s’avère inactif, il sera toujours possible de l’archiver.

    Quelque chose manque sur un de nos serveurs ? Vous avez besoin d’un nouveau paquet, ou de changer un paramètre ? Les recettes Ansible qui configurent nos serveurs sont toutes accessibles, pour que chacun puisse les lire, les comprendre et les améliorer.

    La preuve par l’exemple

    Il y a quelques années, nous avons migré de GitHub (un outil de gestion de code-source) vers GitLab, une alternative gratuite. Même si GitLab est désormais indispensable dans notre processus de développement, les débuts ont été difficiles, notamment car certaines fonctionnalités ne marchaient pas aussi bien qu’on ne l’espérait.

    Après avoir passé quelques heures à me plaindre, j’ai commencé à modifier le code source de GitLab pour corriger les éléments qui nous posaient problème. Une fois les modifications prêtes, j’ai demandé à notre CTO s’il pouvait les déployer. Réponse de sa part : il m’a nommé administrateur du serveur faisant fonctionner GitLab. Wow, c’était bien plus que ce que j’avais demandé.

    J’ai déployé le code, qui a bien fonctionné, a résolu nos problèmes et a même été intégré au projet officiel. Super ! En ayant les droits d’accès, je me suis senti plus concerné. J’ai commencé à mettre à jour GitLab régulièrement, en suivant l’évolution de nouvelles fonctionnalités et en faisant d’autres corrections. Je suis devenu l’agent de maintenance de GitLab par défaut – uniquement parce que quelqu’un, un jour, m’a donné les droits d’accès.

    Ce n’était pas prévu, mais ouvrir les accès nous a aidé à être plus productifs. Et ça a marché de la même manière pour d’autres sur des sujets différents : un jour, quelqu’un leur a donné les droits d’accès.

    Améliorer nos outils de développement

    Un peu plus tôt cette année, nous vous avons parlé de Comment nous déployons notre application web avec GitLab-CI. Cela a eu un impact positif considérable sur notre productivité : nos tests sont lancés plus tôt et s’exécutent plus rapidement, les changements sont pris en compte plus vite, le cycle de passage de l’idée à la production est réduit. On a lancé ce projet en partie parce que la transition vers ce nouveau système ne nécessitait aucune requête d’accès. Notre ancien système n’était pas configuré pour accorder des accès à tout le monde – ce qui sous-entendait que seulement quelques personnes savaient le configurer et pouvaient y soumettre des changements. Le nouveau système peut être utilisé en toute sécurité par chacun d’entre nous, et ne demande pas de permissions spécifiques – et c’est ainsi que tout a commencé.

    Sécurité !

    Cela ne veut pas dire que nous abandonnons toute forme de sécurité ; c’est plutôt le contraire. Les accès aux serveurs de production sont restreints à un nombre limité d’entre nous. On utilise des modèles de configuration, pour séparer les mots de passe d’un côté, et les fichiers de configuration de l’autre. On est toujours plusieurs à revoir tout changement de code ou de configuration. Et comme nos configurations sont versionnées, on peut donc toujours retrouver qui a fait quoi.

    Mis à part cela, une fois que vous rejoignez l’équipe, on vous fait confiance. Pas seulement pour faire de belles choses, mais pour utiliser ces droits d’accès et faire les meilleurs choses possibles.

    Conclusion

    Voilà pourquoi quand on installe un nouvel outil, on s’efforce de donner les accès à autant de personnes que possible.

    • Chacun peut résoudre de vrais problèmes d’organisation avec un œil nouveau.
    • Les points uniques de défaillance sont supprimés, pour que nous puissions travailler même quand l’administrateur du système est absent.
    • Chacun se voit attribuer plus de responsabilité, qu’il pourra utiliser pour créer de nouvelles choses incroyables auxquelles nous (et vous !) n’avions jamais pensé.

    Ouvrez les accès, et vous verrez enfin ce dont les gens sont capables.

    Découvrez les dessous de Trainline pendant Startup Assembly

    par Margaux Souvignet, le 8 novembre 2016 | 6 commentaires

    Prenez garde à l'ouverture automatique des portes, attention au départ

    Si vous aviez raté l’occasion l’année dernière, Trainline rouvre ses portes pendant Startup Assembly les mercredi 16 et jeudi 17 novembre. L’occasion de vous rencontrer et vous dévoiler une partie de notre quotidien.

    4 présentations à se mettre sous la dent cette année : il sera question de parler de paiement et de support client. Nous aimerions aussi vous en dire un peu plus sur notre approche des ressources humaines et notre culture au sein de Trainline. Comme l’année dernière, c’est évidemment gratuit et ouvert à tous. La seule limite étant le nombre de places disponibles, pensez à vous inscrire ici.

    Petite nouveauté : nous organisons une session « déjeuner-entretien », ou « le plaisir de se faire recruter entre une tranche de pâté et un plateau fromage ». Les places sont là encore (très) limitées, il va falloir faire vite.

    Au programme

    Mercredi 16 novembre :

    • 9 h à 10 h : Stan sortira exceptionnellement de la salle des machines pour vous en dire un peu plus sur les merveilles des paiements en ligne. Voyage en terre de Picsou. Inscriptions
    • 13 h à 14 h 30 : Silja, notre responsable des ressources humaines, s’est retroussée les manches en cuisine en dénichant son meilleur traiteur pour vous rassasier lors d’un déjeuner sur le thème du recrutement. Inscriptions
    • 19 h à 20 h : Qui de mieux que Vincent, le boss de fin du support client, pour vous en révéler les secrets ? Inscriptions

    Jeudi 17 novembre :

    • 9 h à 10 h : Pour vous expliquer notre recrutement et ce qui se trame derrière chaque candidature, on ne pouvait espérer une meilleure personne que Silja et ses précieux conseils. Inscriptions
    • 19 h à 20 h : Vint alors Cédric. Ce pétillant développeur au charme aussi ravageur que sa chasse aux bugs est à la meilleure place pour vous en dire un peu plus sur l’historique « culture Capitaine Train », et son application au quotidien au sein de la petite startup devenue grande. Inscriptions

    Une fois ces évènements complets, vous pourrez tout de même vous inscrire sur la liste d’attente. Vous serez prévenus si nous avons une bonne nouvelle. Venez nombreux !

    Les billets animaux débarquent enfin sur Trainline

    par Brice Boulesteix, le 21 octobre 2016 | 14 commentaires

    Picture of the cat in Shrek, the motion picture.

    Plus besoin de nous faire les yeux doux

    Après des années de vaches maigres, les billets animaux sont enfin en vente sur notre site internet. Plus besoin d’aller au guichet pour voyager avec votre compagnon préféré.

    Haro sur les billets

    Avant, lorsque vous nous posiez des questions sur les billets animaux, nous préférions noyer le poisson, pour retomber sur nos pattes tout en restant muets comme une carpe. Politique de l’autruche diront certains. Las de devoir détaler comme des lièvres devant vos questions, nous avons décidé de faire des yeux de merlans frits à nos développeurs, pour qu’ils prennent ce chantier animalier sous leur aile. Grand bien nous en a pris. Aujourd’hui, nous voilà fiers comme un coq, car vous pouvez enfin acheter des billets animaux sur notre site.

    Fonctionnement

    Screen capture of our website showing how to add an animal to a reservation

    Les animaux s’ajoutent presque comme des passagers normaux

    Nous considérons que les animaux sont des passagers presque comme les autres. L’ajout d’un animal de compagnie fonctionne donc presque exactement comme l’ajout d’un passager. Tout se passe avant que vous ne lanciez votre recherche, dans l’écran de sélection et d’ajout de vos passagers. Si vous tombez sur un os, la procédure est expliquée sur notre site d’aide.

    Conditions

    Comme la fonctionnalité est récente, l’achat de billets pour un animal de compagnie ne fonctionne que sous certaines conditions. Les billets animaux ne sont disponibles que si :
    • vous possédez un compte chez nous ;
    • vous passez par notre site internet ;
    • vous achetez des billets SNCF.

    Facebook

    Twitter