Ouverture des ventes d’hiver SNCF le vendredi 6 novembre

par Brice Boulesteix, le 4 novembre 2015 | 11 commentaires

ouverture-ventes-sncf-vacances-hiver-captain-train

Vendredi, aux alentours de six heures du matin, la SNCF va mettre en vente ses billets TGV et Intercités pour les vacances scolaires de février (5 février – 6 mars). Pour les plus rapides, il y aura de belles affaires à faire, puisque la SNCF annonce des billets à partir de 25 € sur TGV et 15 € sur Intercités. De quoi partir vers le grand froid à moindre frais.

Comme à chaque fois, ces billets à prix cassés seront en vente sur notre site dès les premières lueurs du jour.

La promesse de l’aube

Difficile de savoir si la SNCF met en vente ses billets à six heures du matin pour le plaisir de vous faire lever tôt, ou parce qu’elle est contractuellement obligée de faire tourner ses serveurs de réservation en heures creuses. Peu importe l’explication, le résultat est le même : il va encore falloir vous lever à l’heure où blanchit la campagne si vous souhaitez partir vers les pistes à l’heure où blanchissent les sommets. Alors à vos réveils.

Vos billets sur l’oreiller

Pas de panique, vous pourrez réserver vos billets directement depuis votre oreiller en utilisant nos applications pour iPhone et Android.

Zones blanches

Contrairement aux vacances de la Toussaint et de Noël, les dates des vacances d’hiver ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Pour l’occasion, l’hexagone est découpé en trois zones (A, B, C) qui sont appelées à se succéder sur les pistes.

ouverture-vente-billets-sncf-fevrier-calendrier-vacances-scolaires

Zone B (6 – 22 février)

La Zone B ouvre le bal. Elle compte parmi ses rangs : Aix-Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Rouen et Strasbourg. Les élèves de ces académies poseront leurs crayons le samedi 6 février 2015 et ils ne les reprendront que le lundi 22 février.

Zone A (13 – 29 février)

Altruiste, la zone A partage ses vacances d’hiver avec les deux autres zones. Elle se compose de : Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon et Poitiers. Les élèves de ces académies rendront leurs copies le samedi 13 février avant d’en recevoir la correction (en vert), des mains de leurs professeurs, le lundi 29 février.

Zone C (20 février – 7 mars)

Couche-tard, la zone C disposera d’une semaine de tranquillité à la toute fin des vacances. De quoi ravir les vacanciers venus de : Paris, Montpellier, Créteil, Toulouse et Versailles. Les élèves de ces académies n’entendront pas la cloche de l’école sonner du samedi 20 février au lundi 7 mars.

Inscrivez-vous à notre évènement Facebook pour ne pas rater le coche vendredi matin.


11 commentaires

Bonjour,

Pour la prochaine fois, serait-il possible de d’envoyer une newsletter pour ne pas louper la date ?

Merci,

Louis

par Louis, le 6 novembre 2015 à 13h56. Répondre #

Bonjour Louis,

C’est un sujet sur lequel nous travaillons, oui. Il faut que nous fassions un meilleur travail de communication sur les promotions et les ouvertures de ventes. Vous avez raison.

par Brice Boulesteix, le 6 novembre 2015 à 15h11. Répondre #

Bonjour.

Encore mieux qu’une newsletter serait une « alerte résa », pour paraphraser qui-vous-savez. Surtout si est elle mieux faite, avec possibilité d’imposer une fréquence (tous les week-ends, tous les deux mois, quand la lune est pleine, ou que sais-je encore…) sans avoir à le faire à la mimine (suivez mon regard).

Autant c’est simple pour les périodes d’été et d’hiver (une date précise et une heure relativement précise), autant pour le reste de l’année je n’ai jamais réellement compris à quel point la date exacte d’ouverture variait autour des fameux trois mois.

J’y pense car je suis en train de penser à mes prochains achats pour mi-mars, mais allez-donc savoir à quelle date précise les ventes vont s’ouvrir … 😡

Un client qui vous aime.

par Vi, le 8 novembre 2015 à 2h19. Répondre #

Bonjour,

Merci d’avoir pris le temps de développer votre suggestion. Je la note. C’est gentil à vous. Vous avez raison, nous devons progresser sur notre communication autour des ouvertures de ventes.

L’alerte par email est une solution possible, la notification sur mobile aussi. J’espère que nous allons trouver une manière élégante pour résoudre ce problème.

par Brice Boulesteix, le 17 novembre 2015 à 14h01. Répondre #

Déjà, juste avoir, dès qu’elles sont connues, les dates des principales ventes (quand il faut se lever aux aurores), serait un gros plus. Après, je suis d’accord, comprendre comment ça redémarre les semaines suivantes serait utile.

Mais le vrai progrès serait que vous vous lanciez dans les billets et les bons d’occasion. C’est un gros marché, à fort potentiel s’il est associé correctement à votre moteur de recherche. On rêve d’en finir avec les entourloupes du bon coin et la fastidieuse interface de troc des trains.

Enfin, un autre mystère, ce sont les trains qui tombent dans la période scolaire mais qui ne sont visiblement pas concernés par les ventes groupées comme celle-ci : j’ai ainsi trouvé le même billet le 20.02.16 vendu à prix d’or chez junior et cie, marqué non encore ouvert à la vente chez voyages-sncf, inconnu au guichet en gare et absent du moteur de recherche de captain train! Qui dit mieux ?

par Louis, le 12 novembre 2015 à 16h48. Répondre #

Je vais essayer de vous répondre dans l’ordre :

1. Pour les dates des ouvertures des ventes, nous y travaillons.

2. Pour les billets d’occasions, ce n’est pas prévu. Nous ne vendons que des billets neufs. D’autres sites s’occupent déjà de la revente de billets. Par ailleurs, si la SNCF passe un jour au « tout e-billet », que se passera-t-il ?

3. C’est un demi-mystère, vous avez raison, qui s’explique à moitié par le fonctionnement de Junior & Cie, dont le site n’est pas l’exacte copie de voyages-sncf.com, ce qui peut donner lieu à des résultats différents. Ça reste étonnant, je vous l’accorde.

par Brice Boulesteix, le 17 novembre 2015 à 14h24. Répondre #

Cher Brice,

1. Merci
2. Votre réponse semble indiquer que le billet cessible ne serait pas un droit de l’usager mais une offre commerciale de la sncf. Est-ce bien le cas ?
3. J’ai acheté le billet ce matin, sur votre site par fidélité, mais obtenu in extremis grâce à une alerte de voyages-sncf envoyée à 7h12. D’ailleurs, je n’ai pas été assez rapide pour avoir le tarif que je souhaitais: à 8h20 les prem’s en 2nde avaient déjà disparu. L’achat de billets à bas prix est devenu, grâce à internet, une ridicule course à l’échalote. A moins d’être rivé 24h/24 à son ordinateur, impossible d’être prévoyant. Ça pose d’ailleurs une véritable question d’équité d’accès au service public (oh, le gros mot!)

Enfin pour les mystères: pourquoi ce billet est-il vendu aujourd’hui alors qu’il tombe dans la période des vacances scolaires ? et pourquoi faites-vous le choix de ne pas signaler ces billets dans votre moteur de recherche avant leur mise en vente ?

par Louis, le 18 novembre 2015 à 10h16. Répondre #

Bonjour Louis,

Merci pour votre réponse, qui semble en appeler d’autres de ma part. Je vais tenter de vous répondre dans l’ordre :

2. Je ne sais pas. Je dirais que le billet cessible constitue un type de billet parmi d’autres, type que la SNCF se réserve le droit de proposer ou non à ses clients. iDTGV et OUIGO n’émettent que des billets nominatifs par exemple — donc non cessibles dans la plupart des cas (hors changement du nom du porteur, qui peut être facturé).
Une délibération de la CNIL semble apporter de l’eau à votre moulin, je cite : « La possibilité de circuler de façon anonyme doit, dans tous les cas, être préservée : chaque responsable de traitement qui met à disposition des usagers des titres nominatifs de transport doit également prévoir de leur laisser le choix d’utiliser des titres de transport anonymes. » (Source : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000019109412). Mais mieux vaut poser la question à un spécialiste du droit de la consommation ou du transport.

3. Le yield management, qui est à l’origine des changements de prix intempestifs, introduit une asymétrie d’information entre le client et le transporteur, c’est indéniable. Si le sujet vous intéresse, je vous recommande : http://clerse.univ-lille1.fr/IMG/pdf/WP_Finez-2012.pdf.

4. Le billet que vous avez trouvé sur Junior & Cie n’apparait pas chez nous car nous ne savons pas encore qu’il existe. Comme je vous ai dit, Junior & Cie n’a pas accès au même système de réservation que nous, il arrive donc qu’il y ait de petites différences d’un système à l’autre. Mais le cas de Junior & Cie semble être vraiment à part.

par Brice Boulesteix, le 20 novembre 2015 à 17h27. Répondre #

* Merci pour ces intéressants documents.

L’anonymat est un sujet particulièrement délicat qui va de pair avec les questions sécuritaires. Vu l’actualité, je préfère sauter mon tour sur ce point.
Non, je pensais plutôt aux obligations de service public de la sncf, auxquelles Ouigo et IdTGV ne sont sans doute pas tenues. Ainsi l’étude de Jean Finez que vous m’avez adressée confirme notamment ce que j’écrivais sur le principe d’équité:
« La tarification en temps réel permet ainsi aux voyageurs les plus « malins » (pour reprendre les mots d’une campagne publicitaire de la SNCF) de bénéficier de prix réduits. A contrario, ceux qui sont moins à l’aise avec les nouvelles technologies – et qui se trouvent souvent être les plus pauvres – payeront le tarif maximum, dès lors qu’ils consentent à le payer, ou ne voyageront pas. »

Ça ne vous interpelle pas, ça, Brice ?

Pourtant, cette marche forcée vers le yield management à tout crin n’était pas une fatalité. Il suffit de comparer les tarifs « promotionnels » de voyages-sncf par rapport à ceux de Deutsche Bahn pour voir que les allemands ont réussi à mieux préserver leur droit d’acheter un billet de train au dernier moment à un prix raisonnable, contrairement à nous.
Alors, que dans le droit européen, les deux entités sont sensées aligner leurs prix, cela pose à nouveau des questions.

* Enfin, pour le billet junior et cie en question, il était aussi visible sur voyages-sncf, mais indiqué comme « pas encore ouvert à la vente ». Dans une logique d’équité concurrentielle, vous devriez donc aussi être informés de l’existence de ces billets avant qu’ils ne soient issus.

Bon, mais je vois bien que ces considérations ne préoccupent que moi. Au fond, chacun se positionne sereinement sur sa part de marché. A vous le segment hypster-avec-i-phone des « malins », à troc-des-trains les sans-le-sou, à voyages-sncf la masse des voyageurs restants…et à RFF (pardon, sncf-réseau) les dettes et la gestion d’un réseau de plus en plus vétuste. Coupat, viens-nous en aide!

par Louis, le 24 novembre 2015 à 16h22. #

Deux courtes réponses :

1. Je suis bien sûr interpellé par l’asymétrie d’information sur laquelle repose le yield management, et j’ai bien sûr une opinion — en privé — sur la question. Mais je n’ai pas à la partager sur ce blog.

2. Voyages-SNCF semble avoir accès à un système qui lui permet de connaitre les billets qui seront bientôt ouverts à la vente. Nous ne bénéficions pas de ce traitement — en tout cas pas pour le moment — mais nous y travaillons.

Vous n’êtes pas le seul à être préoccupé par ces considérations tarifaires ou concurrentielles. Il faut bien comprendre que le rail est une vieille industrie, qui évolue lentement. Nous devons composer avec ces contraintes et non pas contre elles.

par Brice Boulesteix, le 26 novembre 2015 à 11h26. #

Point taken. Merci d’avoir pris le temps de répondre.

par Louis, le 26 novembre 2015 à 16h47. Répondre #

Ajoutez votre commentaire

Requis

Requis (caché)

Facebook

Twitter