Les tarifs SNCF ont changé et c’est une bonne nouvelle

par Vincent Degove, le 12 mai 2016 | 25 commentaires

the_darjeeling_limited_wes_anderson

Pour y voir plus clair dans les nouveaux tarifs SNCF.

Les tarifs SNCF des TGV et Intercités ont évolué le premier mai. Le changement le plus commenté est le durcissement des conditions d’échange et de remboursement des billets Loisir (les tarifs standards sans carte ni abonnement). Il s’agit cependant de la contrepartie d’une excellente nouvelle pour les voyageurs, moins apparente : les prix baissent pour ces billets Loisir et les cartes de réduction.

Tremble Blablacar !

La SNCF se devait de dépoussiérer son offre tarifaire. Ces dernières années ont vu de gros changements sur l’offre de transport : le covoiturage et l’autocar ont permis de se déplacer à bas coût tout en s’y prenant à la dernière minute.

Le billet Loisir était trop flexible, ce qui était finalement un désavantage pour les voyageurs, car cela tirait les prix vers le haut. Explication : de nombreux billets étaient annulés à la dernière minute, sans que les places ne soient revendues. Or en permettant un meilleur remplissage des trains, il est possible de baisser le prix moyen du billet. Sinon, les voyageurs restants doivent payer pour ceux qui ont annulé à la dernière minute.

Pour un voyageur Loisir, en dépit des imprévus, l’annulation tardive de son week-end reste un cas relativement minoritaire. À l’inverse, la volonté de ces voyageurs de profiter de prix réduits n’a jamais été aussi forte. Entre la flexibilité et le prix, la SNCF a choisi en faveur du prix.

La SNCF souhaite également avoir une clientèle plus fidèle au train, par rapport aux autres modes de transport. Elle a donc rendu ses cartes de réduction (Enfant+, Jeune, Week-End et Senior+) plus attractives, en baissant les prix et en multipliant les offres de dernière minute.

Par ailleurs, l’offre Pro n’était pas beaucoup plus avantageuse en termes de flexibilité. Les voyageurs d’affaires se reportaient donc sur des billets à prix réduit normalement réservés aux voyageurs Loisir. La SNCF s’aligne en réalité sur les autres transporteurs européens, en créant une vraie offre semi-flexible (échangeable et remboursable avec frais), avec une différence de flexibilité mais également de prix accrue avec le tarif Pro.

nouvelles_conditions_sncf

S’adapter pour profiter du changement tarifaire

Si vous voyagez en train, hors raisons professionnelles (pour aller voir mamie, pour partir en week-end en amoureux ou en vacances), le choix de votre tarif dépend de la fréquence de vos voyages.

Vous voyagez moins de deux fois par an en train

Prenez-vous y en avance, en choisissant entre Prem’s (peu cher mais non flexible) ou Loisir si vous n’avez pas la certitude de voyager. Notre curseur tarifaire est là pour vous sauver.

Vous prenez le train deux fois ou plus par an

Dans ce cas, vous êtes susceptible d’être intéressé par une carte de réduction. Il y en a pour tous les âges : Enfant+, Jeune, Week-End ou Senior+. Ces cartes sont payantes, et vous pouvez les acheter chez nous.

Pour les adultes qui pensent ne pas avoir droit à une quelconque réduction, il y a la méconnue carte Week-End. Elle a une contrainte : vous devez réaliser un aller-retour qui inclut au moins un bout d’un week-end (du vendredi soir au dimanche soir), le but étant d’exclure les voyageurs d’affaires qui font l’aller retour pendant la semaine. En contrepartie, vous avez droit à un accompagnateur sans carte qui profite de la même réduction.

Les cartes de réduction vous permettent d’obtenir 25 % de réduction garantis sur le prix Loisir du moment. Si des Prem’s sont disponibles, vous avez à présent une réduction de 10 % sur ces billets. Vous obtenez également des réductions sur des trajets internationaux vers la Suisse, l’Allemagne ou l’Italie. Enfin, vous trouverez régulièrement des offres de dernière minute réservées aux détenteurs de carte.

Les conditions d’échange et de remboursement sont également plus souples qu’avec le tarif Loisir, avec une annulation sans frais jusqu’à l’avant-veille du départ.

Vous êtes un voyageur d’affaires

Que vous soyez un habitué des aller-retour TGV pour vous rendre sur votre lieu de travail ou un commercial qui court le pays pour signer des contrats, vous êtes un voyageur d’affaires.

L’affaire se corse d’ailleurs pour vous car, petit malin, vous aviez l’habitude de réserver des billets Loisir. Or vous avez probablement besoin d’un peu plus de flexibilité que ce qui vous est offert à présent.

Plusieurs solutions s’offrent à vous, en fonction de votre volume de voyage :

  • Vous continuez à prendre des billets Loisir, et tant pis s’il faut partir de la réunion qui s’éternise avant la fin pour ne pas rater le train.
  • Vous passez au tarif Pro. De toute façon, « c’est la boîte qui paye ». Voici un souci en moins : les annulations ou les échanges de dernière minute ne devraient plus vous tracasser, tant qu’il y a un train vous pourrez le prendre (car oui, il est possible de réaliser un échange vers un train plein, et ce même après le départ de votre train original).
  • Si vous êtes un voyageur d’affaires fréquent, vous pouvez opter pour les abonnements Fréquence 25 (utilisables sur Captain Train for Business), Fréquence 50 ou Forfait.

Mais c’est compliqué tout ça !

Oui, c’est vrai. Et encore, nous ne vous avons pas parlé des quelque tarifs hérités de l’obligation de service public (Famille Nombreuse), ni des tarifs pour les Intercités à réservation facultative et les TER, ni des liaisons internationales qui sont à part, ni des filiales comme iDTGV et OUIGO…

L’offre SNCF est la plus complexe parmi tous les transporteurs que nous vous offrons, et c’est bien un des reproches qui lui est fait : les voyageurs n’y comprennent plus grand chose. Le yield management, c’est à dire l’augmentation du prix du même billet (à ne pas confondre avec l’IP tracking, non pratiqué par la SNCF), rajoute au sentiment d’opacité.

Cependant, la SNCF a pris conscience du problème du prix, et à travers ses cartes de réduction et ses nouveaux tarifs Loisir, tente à nouveau de « vous faire préférer le train ». Et nous espérons de notre côté vous avoir aidés à vous y retrouver parmi tous ces tarifs.


25 commentaires

À noter que cette refonte s’accompagne d’une augmentation significative des niveaux de prix à l’intérieur d’une gamme.

par Conscrit neuneu, le 12 mai 2016 à 19h46. Répondre #

C’est faux : les prix maximum (Plein Tarif Loisir et Pro) n’ont pas augmenté car le ministère des Transports a refusé une majoration (que voulait la SNCF…)

par Boka, le 13 mai 2016 à 10h09. Répondre #

Par niveau de prix, il faut entendre « le nombre de niveaux de prix possible entre le plus bas et le plus haut ». Les marches de l’escalier sont moins hautes et plus nombreuses, mais le niveau de la marche la plus haute n’a pas bougé (sauf pour certains tarifs Pro 1ère à la marge, il me semble).

par Vincent, le 13 mai 2016 à 10h32. Répondre #

Merci pour ces éclaircissements, lézamis.

par meduz', le 12 mai 2016 à 20h50. Répondre #

Il y a une révolution sur les prix certes, mais plusieurs choses regrettables:
– les mini groupe Prem’s ont disparu! (3 au prix de 2, du moment que le tarif prems était dispo)
– les prix de certains billets en prems carte de réduction coûtent malgré tout plus cher qu’avant. On passe de 20€ sans carte à 22€+coût de la carte de réduction pour un Intercités nuit Paris-Rodez, voire 35€ sans carte de réduction !
On nous promet également de meilleurs prix de billets « dernière minute ». Encore faut-il pouvoir voyager en heures creuses…

Bref, tout n’est pas à jeter, mais certaines offres pratiques ont disparu.

par maverick, le 12 mai 2016 à 22h43. Répondre #

Precisions: le mini groupe prem’s est devenu le pack tribu, mais il faut désormais acheter 4 places pour avoir le prix de 3.

par maverick, le 13 mai 2016 à 4h18. Répondre #

Oui, tout n’est pas rose.

Le minigroupe Prem’s pour 3 passagers disparaît en effet. Précision : le minigroupe Prem’s ne consistait pas en 3 billets au prix de 2, c’était plutôt « 3 billets pour le prix de 2,5 ».

Le Pack Tribu lui consiste en un 4ème billet offert à partir du 3ème acheté (la réduction est répartie sur le prix de tous les billets). Là où il est intéressant, c’est qu’il est toujours disponible, contrairement au minigroupe Prem’s qui dépendait de la disponibilité d’un tarif Prem’s. Le prix réduit est calculé soit sur le prix des billets Prem’s si il en reste, soit sur le prix des billets Loisir. Bref, 4 voyageurs sans carte sont toujours assurés de payer autant que 3 voyageurs. Remplissons les carrés !

En effet, le prix plancher de l’Intercités de Nuit Paris – Rodez en couchette 2nde a augmenté. Ça doit faire partie des exceptions. Remarquez que cette ligne est une rares lignes de nuit préservées à l’avenir en étant subventionnée par l’état. Je suis désolé pour cette hausse de prix.

Et oui, c’est sûr que les périodes creuses n’avantagent pas tout le monde. Là c’est du bradage de dernière minute, la logique est « mieux vaut vendre peu cher une place sur un train peu rempli que la laisser partir vide » (sans créer trop d’attente et de certitude de trouver des tarifs de dernière minute, ce qui serait contreproductif pour le remplissage).

par Vincent, le 13 mai 2016 à 9h32. Répondre #

Le problème dans cette affaire, c’est que toute la communication est verrouillée par la SNCF. C’est eux qui ont les chiffres et ils peuvent bien affirmer ce qu’ils veulent, personne ne peut rien vérifier.

Dommage que cet article de blog reprend la com’ de la SNCF sans prise de recul.

Ce qu’il nous manque c’est un minimum de concurrence. Cela nous donnera, au minimum, des offres un minimum pratiques et compréhensibles. Et peut-être des prix un peu plus bas, qui sait ?

par Paul, le 13 mai 2016 à 9h29. Répondre #

Nous avons voulu justement dans cet article de blog vous apporter le point de vue et l’expertise d’un vendeur indépendant connecté à une douzaine de transporteurs en Europe. Nous ne reprenons pas systématiquement la communication des transporteurs. En revanche, quand nous pensons sincèrement qu’ils vont dans le bon sens, nous ne nous privons pas de le dire, et espérons que notre indépendance donne du poids à notre parole.

Notre analyste de données a regardé la tendance des prix avec les 10 jours de recul, et cela semble bien plus bas qu’auparavant pour le même type de billets avec la même anticipation. C’est à prendre avec des pincettes, bien entendu. Nous sommes bien d’accord qu’il peut y avoir un écart entre l’intention communiquée par la SNCF et la réalité à terme, seul l’avenir le dira.

par Vincent, le 13 mai 2016 à 9h51. Répondre #

Peut-être mais pour ma part (même si je n’ai pas vos données et si je ne suis pas analyste) je constate plutôt une évolution désavantageuse, car sur le prix des billets pro/fréquence, je ne vois plus de distinction heure creuse/période de pointe… avec un alignement sur, évidemment la période de pointe.

Je fais souvent (au moins 1 fois par semaine) l’aller retour Paris/Boulogne sur Mer via Lille pour raison professionnelles. Et non, ce n’est pas le patron qui paye, c’est bibi…
Mon employeur (l’Etat, pour tout dire) me paye seulement la moitié de l’abonnement fréquence 2de.
Donc au bout d’un moment, ça fait une différence sur mon budget personnel ; mais heureusement je devais partir tôt et le train de 6h40 coûtait 26,5€ en fréquence (comme mon train du retour). Ils sont passés à 36€, comme celui de 7h40 en période de pointe.

Belle augmentation, sans aucun avantage en contrepartie…

Ah oui, les prems en s’y prenant bien 3 mois à l’avance coûtaient 15€ sur le 6h40, et 20 en attendant un peu plus.
Maintenant je vois des prems à 22€ et 25€…

Donc je ne trouve pas que c’est une bonne nouvelle. Et même si j’aime et soutiens le service public, j’attends aussi la concurrence, car la SNCF ce n’est plus du service public, c’est une boite comme privée en situation de monopole qui consacre toute son ingénierie commerciale à faire mieux les poches des voyageurs.

Comme Paul, j’ai appris des choses en lisant votre article, mais il ressemble quand même à un encart publicitaire pour la SNCF…

par Franck, le 15 mai 2016 à 15h06. Répondre #

Il faut quand même un certain optimisme (voire un optimisme certain) pour croire que le concurrence va se précipiter sur Boulogne sur Mer, alors que même sur Lille « une boite comme privée en situation de monopole qui consacre toute son ingénierie commerciale à faire mieux les poches des voyageurs » ne trouve pas réellement une rentabilité suffisante.
Le réveil risque d’être difficile.

Ah, au fait, c’est combien Paris-Boulogne en Intercités ?

par Jojo, le 17 mai 2016 à 1h32. Répondre #

19€ et des brouettes en fréquence 2nde pour avoir le privilège de rouler avec une vieille Micheline diesel sur une des dernières lignes de chemin de fer par électrifiée (en France, en 2016 !)
Boulogne-sur-Mer n’est pas le problème, c’est effectivement la ligne Paris-Lille qui est en effet la dernière roue du carrosse (même si je ne suis pas sûr que ce soit la seule à être la dernière)
– aucun service bar, ni de restauration à la place (supprimée l’année dernière)
– les avantages de la première (magazine et jus de fruit dans les trains du matin) ont aussi été supprimés (ça justifiait pourtant un peu l’écart de prix énorme pour un trajet de 55 min)
– Ah oui, d’ailleurs, non plus 55 min, depuis des moins le trajet a été rallongé de 6 min, tout en ne baissant pas les prix (euphémisme)
– cette année moins, mais jusqu’à l’année dernière il n’était pas rare que le TGV soit un vieil eurostar, pas confortable, dégradé et assez sale.

Alors je ne me fais aucune illusion ni si la liaison boulogne sur mer, ni sur la mentalité d’opérateurs privés qui concurrenceraient la sncf.
Je dis juste qu’aujourd’hui la SNCF a justement cette sale mentalité d’aimer l’argent qu’on lui donne et un peu moins le service qu’elle rend.

Donc les nouveaux tarifs ne sont pas une bonne nouvelle, je ne pense pas qu’on puisse le dire si on sort du marketing SNCF.

Pour être honnête, c’est une augmentation brutale des prix ; par contre, les prems (plus chers qu’avant) sont disponibles plus tardivement j’ai l’impression.

En tout cas, dans mon cas, à utilisation identique, c’est une augmentation sèche de 800€ par an de mes frais de transport, sans aucune contrepartie même indirecte (en termes d’engagements pour le confort du voyage sur la ligne paris-lille-boulogne, soyons fous..)

Je suis d’accord avec vous, le réveil est dur. Mais pas lors de l’ouverture à la concurrence, maintenant qu’une entreprise publique se comporte de la sorte avec ses usagers… Je ne suis pas sûr qu’une entreprise privée en contexte concurrentiel aurait osé tant prendre ses clients pour des andouilles qui ne verraient pas les hausses de prix… Evidemment, ceux qui prennent le train une ou deux fois par an ne verront rien…

par Franck, le 17 mai 2016 à 10h58. #

Environ la moitié du réseau français n’est pas électrifié… et avec les engins modernes comme les Régiolis (qui, entre Paris et Boulogne, font quasiment les mêmes temps de trajet que les TGV) la différence devient quasi nulle. Reste des vieilles locomotives (mais pas des michelines, ma grand-mère les a à peine connues) pour deux ans environ, avec des voitures Corail plus confortables que ces vieux « TGV transmanche » crasseux.

Vous avez raison, toutes les lignes sont la dernière roue du carrosse, surtout la mienne !!

par Jojo, le 18 mai 2016 à 16h13. #

Petit mea culpa sur cet article : il s’adresse principalement à la clientèle loisir. Pour les pros, ce changement n’est en effet pas vraiment à votre avantage. Dans les grandes lignes, il ne change pas grand chose, il est désavantageux dans certains cas (le votre) et légèrement avantageux dans d’autres cas, plus rares (les voyageurs pro en anticipation en 2nde sur des trains moins demandés).

Le concept de période pointe ou creuse a été supprimé. Il était de toutes façons mis à mal depuis un moment : des trains normalement en période creuse passaient en cours de vente en période pointe pour augmenter les prix. Il a été remplacé par des prix variables pour les Pro et Fréquence 2nde en fonction du remplissage du train. Votre train Boulogne – Paris de 6 h 40 peut être trouvé à 29,50 € en Fréquence 2nde, mais il faut s’y prendre avec beaucoup trop d’anticipation pour que ce soit réaliste (j’en trouve au plus tôt fin juillet !). Et ça reste plus cher que l’ancien prix en période creuse de 26,50 €. Donc oui, pour vous, c’est clairement une augmentation de prix.

Par ailleurs, nous sommes d’accord, il y a une zone grise du « voyage pro mais payé sur ses propres sous » qui est très mal prise en compte par la SNCF. Tout un tas de voyageurs tombent mal dans les cases voyageur Loisir OU voyageur Pro telles que prévues par la SNCF. L’abonnement Fréquence reste cher, tout comme les billets associés. Si l’employeur ne le prend en charge que partiellement, ça fait mal.

par Vincent, le 17 mai 2016 à 15h43. Répondre #

Tribu+revente sur troc des trains des billets en trop devient la nouvelle offre tarifaire la plus basse (en nette augmentation toutefois par rapport à prem’s mini-groupe). Au moins, l’ambiguïté sur la non-obligation de voyager en groupe est enfin clarifiée dans les nouvelles cgv.

Se méfier des -10% sur les prem’s avec carte commerciale: impossible de les revendre en cas d’imprévu. Une belle entourloupe de plus!

par Louis, le 18 mai 2016 à 11h48. Répondre #

Je cherche tant bien que mal l’information sur la revente de Prem’s remisé avec une carte de réduction, mais impossible de trouver 😡
Sont-ils réellement nominatifs ou exigent-ils simplement une carte de réduction au voyageur ?
Quelqu’un aurait une source « béton » pour la réponse à cette question ?
Merci 🙂

par Vivi, le 23 mai 2016 à 16h09. Répondre #

Bonjour, ici le béton.

Les billets Prem’s carte suivent la même règle que les autres billets pour la revente : il faut que ce soit un billet cartonné classique.

Billet classique cartonné : plein de galères – il n’existe qu’en un seul exemplaire, il faut passer par d’atroces machines pour le retirer et il faut absolument le retirer, le composter puis le montrer, MAIS il est non nominatif donc il peut être revendu. Le nom en haut à droite n’est qu’indicatif et sert au retrait en borne.

E-billet : nominatif, c’est le bien, sauf pour la revente. Mangez-en autant que possible sauf si vous achetez des Prem’s sans être sûr de voyager (mais dans ce cas, pourquoi ne pas prendre un billet normal). Vous nous remercierez le jour où vous oubliez votre billet imprimé à la maison et vous vous en sortez simplement en donnant votre nom au contrôleur.

La question du tarif est indépendante de la question du format du billet. C’est le format du billet (classique cartonné ou e-billet) qui fixe le fait que le billet soit revendable ou non.

Si vous avez un billet Prem’s carte Jeune au format cartonné, il est revendable, tant que votre racheteur détient aussi une carte Jeune.

par Vincent, le 23 mai 2016 à 17h10. Répondre #

Le billet cartonne a un autre avantage que vous oubliez Vincent, il permet d’utiliser en correspondance un autre TER (ou des TERs) que celui vendu. C’est tres utile sur une correspondance TGV/TER trop courte pour etre vendue par le systeme de vente, ou non vendue en ligne parce que necessitant un 4eme segment. Exemple: Grenoble-St Die en semaine, trajet vendu depart de Grenoble a 8h22, changement a Lyon depart 10h04, arrivee a Strasbourg a 13h44, depart 15h55 St Die 17h36. Mais si le TGV est a l’heure, il est parfaitement possible avec un billet cartonne d’opter pour le trajet plus court en km et en temps Strasbourg 13h51 Selestat 14h08/14h22 St Die 15h33. Meme chose dans l’autre sens (St Die 12h12-Grenoble 21h38) alors qu’on peut partir vers 14h via Selestat avec le meme billet cartonne. Malheureusement il me semble que le billet cartonne tarif loisirs ou carte n’est plus vendu sur captain train, ce qui oblige a l’acheter chez la concurrence ou au guichet.

par parisse, le 23 mai 2016 à 21h47. Répondre #

Ahh, voilà qui me rassure.
Merci Vincent 🙂

par Vivi, le 24 mai 2016 à 13h15. Répondre #

hello,

Après quelques mois de recul voici mon avis concernant le tarif des billets (avec carte jeune)

J’ai noté une « arnaque » énorme de la sncf qui nous vend maintenant systématiquement des billets au tarif « prems carte jeune) et ce a des prix similaire voir plus élevés qu’avant.
Hors ces tarifs interdisent maintenant la pause d’options a 10 jours ou l’annulation sans frais jusqu’à la veille…
Belle magouille qui est passé ni vu connu pour la plupart des usagés on dirait…

par julien, le 20 juillet 2016 à 18h31. Répondre #

Bonjour Julien,

Vous avez toujours le choix entre Prem’s Carte Jeune ou Carte Jeune tout court. Il suffit d’utiliser notre curseur tarifaire : http://aide.captaintrain.com/article/71-tarifs-eco-standards-pro

Souvent, le billet normal Carte Jeune n’est pas beaucoup plus cher que le billet Prem’s, ça vaut le coup de regarder.

En revanche, si le prix est « similaire ou plus élevé », pour le même voyage et la même anticipation d’achat, ce n’est en effet pas terrible, nous en convenons.

par Vincent, le 20 juillet 2016 à 19h21. Répondre #

Est-ce que la carte week-end ne proposait pas auparavant 50% de réduction ?

par Simon, le 18 août 2016 à 17h27. Répondre #

Elle donnait même droit à 60 % de réduction dans les bons jours mais elle offrait moins à mesure que la date du voyage avançait. Aujourd’hui, elle donne droit à 30 % de réduction tout le temps.

Alors, arnaque ou pas ? En fait, le prix de référence, celui à partir duquel est calculée la réduction, à changé. Avant, la carte Jeune donnait droit à des réductions sur le tarif Loisir plein, c’est à dire le tarif le plus élevé. Désormais, elle donne droit à des réductions sur le tarif Loisir du jour, et c’est là que ce situe la nuance : le prix de référence change désormais chaque jour, alors qu’il ne variait pas auparavant. La SNCF va donc vous dire qu’il vaut mieux 30 % de réduction calculés sur un prix bas, que 60 % de réduction calculés sur un prix élevé. Dit autrement, si vous réservez votre billet longtemps à l’avance, les 30 % vous avantagent, car le prix de référence est bas, mais si vous réservez au dernier moment, vous n’y gagnez pas forcément par rapport à avant.

Dans la pratique, notre conseil reste le même : prenez vous-y le plus tôt possible pour vos billets, posez des options et dans le doute, acheter pour annuler un peu plus tard, car l’annulation est gratuite jusqu’à deux jours avant le voyage.

par Brice Boulesteix, le 22 août 2016 à 11h14. Répondre #

MAUVAISE SURPRISE – HAUSSE DE PRIX DE 20%
Ce matin 9 juillet 2017, j’ai renouvellé mon coupon fréquence 6 mois pour le parcours Marseille Marne la Vallée – le prix est passé de 294 à 353 €, sans amélioration du service !
Calculez cela fait 20 % de hausse,
Monsieur Pigeon

par PIGEON ABONNEMENT FRÉQUENCE, le 8 juillet 2017 à 12h18. Répondre #

bonjour
la sncf nous fait un super cadeau…..
le pass lorraine ( ancien ) mettait remiremont-longwy à 10euros50
aujourd’hui la région grand EST nous met ce trajet à 36euros20….
merci la SNCF..ou je ne sais quel organisme venu ce faufiler dans ce super cadeau du grand est…
vive le covoiturage et la voiture particuliere…en plus on fait le plein d’essence au LUX et le plein de tabac…

par lebon, le 19 septembre 2017 à 19h23. Répondre #

Ajoutez votre commentaire

Requis

Requis (caché)

Facebook

Twitter