Voyager en train en Russie ? C’est possible avec Trainline.

par Soline Avrillas, le 4 octobre 2018 | 4 commentaires

Famous Saint Basil Church in summer under blue cloudless sky with plenty of copy space for your layout. Russian Orthodox Cathedral, the most famous international landmark on the Red Square in Moscow, Russia.

Si, si, la Russie !

Vous pourrez désormais acheter des billets de train pour la Russie, en passant par Trainline. Nous avons signé un partenariat avec Real Russia, une agence de voyage agréée pour Russian Railways, le grand nom des chemins de fer russes.

Concrètement, vous pourrez voyager à bord de l’emblématique Transsibérien, ou du Sapsan (le Faucon pèlerin en français, rien que ça), le train à grande vitesse qui relie Moscou aux deux grandes villes de Saint-Pétersbourg et Nizhny Novgorod. Vous pouvez également choisir de sillonner les petites villes de l’Anneau d’Or, itinéraire touristique au nord-est de Moscou, ou encore prendre les trains de nuit. Pour en savoir plus et réserver un billet, c’est par ici.

Nous n’en ferons pas une montagne (russe), mais nous sommes vraiment enthousiastes à l’idée de proposer des billets pour la Russie. Pour l’occasion, nous avons choisi de vous parler du train star du pays des tsars : le Transsibérien.

Le Transsibérien : deux ou trois faits et quelques chiffres

Le Trans-Siberian Express, engin historique, tient la distance : il traverse la Russie d’est en ouest. Ce n’est pas rien, car la Russie est le plus grand pays du monde : l’écart entre les deux frontières correspond à environ trois fois le diamètre de la Lune, soit plus de 9 200 kilomètres. Un sacré bout de chemin, en somme. La preuve en est que le train roule à 60 km/h en moyenne et qu’il faut compter une semaine pour se rendre à Vladivostok en partant de Moscou. Autre nombre qui en jette : le train traverse plus de 990 gares.

Trainsiberian train bending between Ulaanbaatar and Beijing

Vue du Transsibérien entre Oulan-Bator et Pékin.

Le projet de cette immense voie de chemin de fer a longtemps paru irréalisable, à cause du climat extrême et des terres naturellement inhospitalières de Sibérie. Mais la volonté de développer la région et les péripéties géopolitiques l’ont finalement emporté sur l’appréhension de la tâche et des coûts exorbitants. La Chine était également sur le coup, mais l’Histoire ne dit pas si ça s’est joué à la roulette russe. En 1891, le tsar Alexandre III décida donc de prolonger une ligne déjà existante, jusqu’à Vladivostok. La construction de la voie ferrée qui contourne le lac Baïkal par sa côte sud a été achevée en 1904, et une autre voie passant plus au nord a été terminée en 1916.

Voilà de quoi gagner un camembert jaune au Trivial Pursuit.

Aujourd’hui, quand on évoque le mythique Transsibérien, on englobe souvent trois autres lignes : le Transmongolien, reliant Moscou à Oulan-Bator (capitale de la Mongolie, et hop, un camembert bleu), le Transmandchourien allant jusqu’à Pékin et le BAM (Baïkal-Amour), qui traverse des régions plus isolées. Elles ont toutes un tronc commun entre Moscou et la région du lac Baïkal.

Voilà une carte, en anglais.

Voilà une carte, en anglais. Vous avez de la chance, elle pourrait être en russe.

Et le voyage, comment ça se passe ?

Le prix des billets varie en fonction de la destination, du nombre d’étapes et de la classe de service. Vous aurez le choix entre des cabines de 2 à 4 passagers en première et seconde classe, ou une voiture-lit en troisième classe. Vous côtoierez surtout des familles russes, mongoles et d’autres amoureux du rail.

L’ambiance à bord est conviviale ; pendant que certains voyageurs tentent de trouver le sommeil, d’autres papotent, lisent, mangent ou profitent d’un thé chaud. Chaque voiture est d’ailleurs équipée d’un samovar, une grande bouilloire plutôt jolie et typiquement russe, qui permet de se ravitailler en eau chaude.

Russian traditional tea-drinking: a samovar, drying and tea in cup holder

Samovar russe traditionnel au naturel, sans filtre.

Bien sûr, l’activité principale reste la contemplation des paysages de la Russie intérieure, défilant inlassablement par la fenêtre. C’est l’occasion de découvrir la Sibérie sauvage, mais aussi de remonter le temps, de traverser des villes et villages empreints de l’histoire du communisme.

Bon nombre de voyageurs choisissent de faire durer le plaisir et de passer la nuit dans certaines villes intermédiaires. Nous vous donnons quelques pistes sur notre page dédiée à la Russie. Vous pouvez vous arrêter à Irkutsk, par exemple et pour ne citer qu’un lieu (il y a près de 1 000 gares, pour rappel, ce qui ferait beaucoup, là, tout de suite). C’est l’une des plus grandes villes de Sibérie et c’est souvent le point de départ pour partir à la découverte du mystérieux lac Baïkal.

Le lac Baïkal, en hiver

Soyez rusé : ne laissez rien au hatsar et prenez vos billets pour vous ruer vers la Russie.


4 commentaires

Article très intéressant et très plaisant à lire.
On va bientôt pouvoir réserver des billets de train pour le monde entier sur Trainline !

PS : sur la page d’information des trains russes, il est indiqué que la traversée Moscou Vladivostok coûte 177€ dans le texte, mais 480€ dans le tableau.

par Clément, le 12 octobre 2018 à 8h33. Répondre #

Bonjour Clément, merci pour votre commentaire et je suis ravie que l’article vous plaise.
Vous avez raison, deux prix différents sont affichés sur la page en question et ce n’est pas très logique. A priori, le prix varie en fonction du type de billet, de la classe que vous choisissez. Je me renseigne et je fais en sorte de mettre à jour les informations rapidement. Bonne journée !

par Soline Avrillas, le 30 octobre 2018 à 11h29. Répondre #

C’est très drôle, vos jeux de mots et votre ton est très plaisant à lire. Cela donne envie de faire un voyage en Transibérien… Il faut se prévoir quelques bons classiques à lire aussi pour ce long trajet !

par Angèle, le 13 novembre 2018 à 17h24. Répondre #

Bonjour Angèle, merci pour votre commentaire. Je suis ravie que l’article vous ait plu et vous avez raison, il faut prévoir de bons classiques de la littérature russe pour le voyage !

Belle journée,

Soline

par Soline Avrillas, le 23 novembre 2018 à 10h03. Répondre #

Ajoutez votre commentaire

Requis

Requis (caché)

Facebook

Twitter