Blog — Lyria

Thalys et TGV Lyria repensent leurs gammes tarifaires

par Margaux Souvignet, le 13 novembre 2017 | 2 commentaires

photograph of swiss railway going along Leman lake.

La grille tarifaire TGV Lyria change mais la vue reste la même. Heureusement.


Après SNCF l’année dernière, c’est au tour de Thalys et TGV Lyria de faire évoluer leurs gammes tarifaires, qui rentreront en pratique à partir du 10 décembre.

Pour faire court, Thalys et TGV Lyria proposent désormais trois classes de service au lieu de deux. Les deux compagnies ajustent également les conditions de flexibilité des billets, mais pour la bonne cause : proposer plus de petits prix sur l’ensemble de leurs destinations. Révisons ensemble nos gammes (sans les arpèges).

Parlons peu, parlons prix

Comme d’habitude, entre flexibilité et prix le plus bas, il faut choisir. Et la tendance de privilégier le prix sur la souplesse des conditions d’après-vente semble s’affirmer.

Plus de petits prix

Bonne nouvelle : comme l’ont annoncé les deux transporteurs, les prix baissent. Nous avons épluché les grilles tarifaires pour que vous n’ayez pas à le faire, et les résultats positifs sont bel et bien présents.

Thalys communique sur 30 % de petits prix dans sa gamme tarifaire, et augmente cette part de 5 %, en comparaison à ce qu’elle proposait auparavant. Cela implique un plus grand nombre de billets au tarif Standard mini, équivalent du Prem’s SNCF, qui permet de faire un Paris – Bruxelles dès 29 € et un Paris – Cologne ou Paris – Amsterdam dès 35 €.

Lowest prices on all classes for Thalys trains.

Chez TGV Lyria, c’est sensiblement la même chose. Les billets Paris – Genève en Standard sans flexibilité sont disponibles à partir de 29 €. Les mêmes billets en flexibilité partielle (Semi-Flex auparavant) débutent à 34 €, contre 54 € auparavant.

Lowest prices on all new classes on Lyria trains.

Des tarifs et options modulables

Là encore, on voit une vraie volonté de mieux remplir les trains. Thalys et TGV Lyria s’inspirent d’une gamme déjà éprouvée par Eurostar, avec trois classes de confort, qui comportent en fait deux niveaux de première classe :

  • Une première classe accessible : appelée Comfort (Thalys) ou Standard 1ère (TGV Lyria), elle offre le confort de la première classe avec les services de la seconde.
  • Une première dans la première : Premium (Thalys) ou Business 1ère (TGV Lyria) se basent sur la première classe existante avant la nouvelle gamme, et proposent un confort de 1ère accompagnée de services additionnels, déjà présents ou nouveaux, qui justifient son prix.

Pour réserver les classes Premium ou Business 1ère sur Trainline, il vous suffit de passer le curseur tarifaire sur « Pro » ou « Flex », selon que vous réserviez depuis le site ou l’application.

La classe en plus

La première classe intermédiaire dite « Standard 1ère » ou « Comfort » ressemble à s’y méprendre à la première classe française que l’on retrouve sur les TGV : pas de services sur mesure, mais un confort légèrement supérieur à la seconde, avec des sièges plus larges, plus de place pour les jambes, ou plus de prises électriques, à raison d’une par personne.

Côté prix, les billets de première restent équivalents en tarifs flexibles, et baissent en tarif semi-flexibles. Sur Thalys par exemple, la classe Comfort est bien plus accessible qu’auparavant, avec une baisse des prix de 15 % sur un billet semi-flexible, réservé en avance.

De l’autre côté de la balance

On ne peut pas tout avoir : la contrepartie de proposer plus de petits prix doit donc être contrebalancée ailleurs.
Les billets les moins chers restent bien entendu ni échangeables ni remboursables. On remarque également une augmentation des frais d’échange et de remboursement. Chez TGV Lyria par exemple, ces frais pour des billets en flexibilité partielle augmentent de 10 €.

Enfin, on remarque la disparition de quelques services. Mauvaise nouvelle pour les cyclistes du TGV Lyria, l’espace auparavant dédié aux vélos est supprimé. Les voyageurs doivent donc forcément transporter leur vélo dans une housse, et le placer dans une zone dédiée aux bagages.

Des billets quasi sur mesure

Finalement, le but derrière toute cette tambouille est de permettre aux passagers de choisir le billet qui convient le mieux à leurs besoins, que ce soit le prix, le confort ou la flexibilité.
Ainsi, les passagers qui réservent en étant sûrs (ou presque) de voyager, pourront opter pour un tarif semi-flexible, pour pouvoir bénéficier d’une première moins chère qu’une seconde en tarif flexible.

La règle d’or du ferroviaire reste néanmoins d’autant plus vraie : réserver à l’avance, même au tarif semi-flexible, permet toujours de payer moins cher votre billet.

Facebook

Twitter