Non, la SNCF ne pratique pas l’IP tracking. Capitaine Train non plus.

par Jonathan Lefèvre, le 30 mai 2013 | 49 commentaires

IP tracking SNCF : LOL

L’IP tracking a été mis en place par Elvis Presley, depuis sa résidence au Mexique.


Il y a quelques jours, Rue89 publiait un article au titre très accrocheur : « Ce billet de train coûtait moins cher ce matin : déjouer l’IP tracking. »

Cet article a suscité beaucoup de réactions, voire une réelle polémique chez les consommateurs. Il explique que les vendeurs de billets de train (entre autres) pistent votre IP pour faire monter les prix et déclencher des ventes.

C’est faux.

En tant que vendeurs de billets de train, on peut vous le certifier : c’est impossible. La raison est simple : les tarifs sont centralisés dans de gros systèmes de réservation. Ils n’ont pas la moindre idée de l’IP des clients ou de leurs cookies.

Les prix sont les mêmes pour tous les canaux de distribution qui sont connectés à ces centrales de réservation. Nous ne pratiquons pas l’IP tracking, et nos amis de Voyages-SNCF non plus.

Fin du débat.

L’article de Rue89 n’apporte pas plus de vérifications que le billet qui l’a inspiré, lui-même vide de sources.

Noyée sous des hordes de commentaires de clients indignés par ces prétendues pratiques d’IP tracking, une réponse à l’article explique très bien que c’est le yield management qui fait varier les prix des billets de train. À plusieurs reprises, nous l’avons aussi expliqué à ceux qui se posaient la question. On a fini par se dire qu’il serait plus simple et clair d’en faire un article.

En ce qui nous concerne, au lieu de tracker vos IP, on préfère passer du temps à traquer les meilleurs prix.


49 commentaires

Non, les vraies questions, ce sont :
– Pourquoi les billets de trains sont si chers ?
– Pourquoi y a-t-il si peu de place pour les jambes dans les trains SNCF (si vous êtes déjà allé dans des trains allemands, vous savez qu’il est possible de faire autrement). Le testeur SNCF mesure-t-il 1m10 ?

par Bruno, le 30 mai 2013 à 13h10. Répondre #

Pour ce qui est du prix des billets de trains il va augmenter inexorablement et ce depuis la séparation de l’exploitant (SNCF) du gestionnaire de réseau (RFF) des gestionnaires de gare (Gare et connexion il me semble, ou un truc dans le genre). Du coup le cout d’un billet est fonction de plein plein plein de paramètre ou chacun se sert un peu au passage 🙁

par Thibault Milan, le 30 mai 2013 à 13h26. Répondre #

C’est quoi « cher » ? Quand ils comparent avec la voiture, les gens comptent souvent « essence + péage », oubliant de compter les risques d’accidents supplémentaires (qui augmentent indirectement la prime d’assurance), l’usure de certains éléments qui doivent être changées après un certain kilométrage (pneus, huile…), la décôte du véhicule en raison de ce parcours supplémentaire…
Bref, un trajet en voiture revient à environ 0,40/0,50€ du kilomètre tous frais compris (variable bien entendu en fonction du type de véhicule, de la conduite, de la distance parcourue annuellement, etc.)

Pour le prix des billets de train : https://blog.capitainetrain.com/2248-le-prix-des-billets-de-train-augmente

par Mathieu (@slasherfun), le 30 mai 2013 à 13h33. Répondre #

Sauf que quand ils comparent avec la voiture la plupart des gens se souviennent qu’il y a 4 ou 5 places dans leur voiture, plus un coffre à bagages de capacité raisonnable.

Le train n’est finalement concurrentiel que quand on voyage seul, et encore sans avoir beaucoup de bagages car les racks sont notoirement sous-dimensionnés.

Le prix du train est donc bien au-dessus du prix d’un service concurrent, pour une qualité de service globalement inférieure. Si ce n’est pas ça la définition de « beaucoup trop cher » !

par plusieurs, le 30 mai 2013 à 19h00. Répondre #

En ce qui concerne la place, la SNCF préfère maximiser le nombre de personnes dans un train, ce qui leur permet de mieux le remplir… La pratique du Yield n’étant pas courante en Allemagne, ce genre d’aménagement ne risque pas d’arriver de sitôt…

par Marius, le 30 mai 2013 à 15h35. Répondre #

Rue89 est décidément un média peu sérieux, qui cherche le gros titre sans se préoccuper de la véracité des affirmations. Nous en avions fait l’expérience avec Drivy.

par Paulin, le 30 mai 2013 à 13h18. Répondre #

Rue89 est un média qui n’est plus sérieux, qui cherche maintenant les gros titres pour continuer à capter l’attention suscité jadis.

par Thibault Milan, le 30 mai 2013 à 13h24. Répondre #

Même le 12.45 de M6 en a parlé aujourd’hui… Bien entendu en prenant le train comme exemple… Bravo les « journalistes ».

par Mathieu (@slasherfun), le 30 mai 2013 à 13h40. Répondre #

🙁

par Jonathan, le 30 mai 2013 à 13h59. Répondre #

J’ai constaté moi même cette pratique:

Consultation du site voyage-sncf depuis mon mobile en 3G, le trajet X me coute 100€.
Dans l’après midi, je retourne voir, le prix de ce même billet prend une vingtaine d’euros.
Trouvant ça étrange, je refais cette même recherche depuis mon ordinateur et là miracle, je retrouve mon billet à 100€ tout en ayant dans l’autre main, mon téléphone, au même moment, avec ce billet à 120€.

Surprenant, non?

par André, le 30 mai 2013 à 13h52. Répondre #

Rien à voir avec de l’IP tracking, c’est juste du yield management. Le remplissage du train a simplement changé entre vos deux recherches. Pour info : https://blog.capitainetrain.com/2779-billets-de-train-moins-chers-et-resultats-plus-complets-capitaine-train-ameliore-son-moteur-de-recherche#comment-1933

par Jonathan, le 30 mai 2013 à 13h59. Répondre #

Vous avez mal du me lire, ou j’ai du mal m’exprimer.

Constatant une différence de prix significative avec le prix constaté du matin, j’ai lancé ma recherche sur deux terminaux distinct, connectés à deux réseaux différents (Cellulaire 3G pour mon téléphone et connexion internet classique sur mon PC).
Je n’ai pas trouvé le même prix sur mes deux terminaux au même instant de recherche.

Je veux bien qu’avec le remplissage, en quelques heures le prix d’un billet fluctue (à la hausse ou à la baisse d’ailleurs), mais à quelques secondes intervalle, je n’y crois pas.

par André, le 30 mai 2013 à 14h06. Répondre #

Peut-être le billet à 100e était-il le dernier ? Ensuite, ça passe à 120e.
Vous ne prenez finalement aucun des deux et vous recommencez la même opération, avec les même billets, quelques heures plus tard.
Probabilité certes faible, mais supérieure à 0.

par Bruno, le 30 mai 2013 à 14h25. Répondre #

Bruno a raison. Que le prix d’un billet de train change en quelques secondes, ça arrive tout le temps.

par Guillaume, le 30 mai 2013 à 22h53. Répondre #

De toute façon, ce serait bête de votre part de faire de l’*IP* tracking, vu que de toute façon on est forcément authentifiés sur votre site … 😉

par Alpha, le 30 mai 2013 à 13h55. Répondre #

J’adore la légende de votre photo !

par swazifashion, le 30 mai 2013 à 14h01. Répondre #

Ayant travaillé sur le système des réservation de la SNCF (résarail), je peux dire qu’ils étaient bien loin d’être en capacité de mettre ça en place…

par Comath, le 30 mai 2013 à 14h18. Répondre #

CapitaineTrain aussi. Ils ne sont même pas capables de régler les paramètres de leur blog avec le bon fuseau horaire 😉 (les commentaires ont une heure d’avance… pas comme le train)

par Bruno, le 30 mai 2013 à 14h28. Répondre #

Haha 🙂 C’est corrigé. Merci de nous l’avoir signalé.

par Guillaume, le 30 mai 2013 à 22h53. Répondre #

Par contre le fuseau est bien adapté sur le site lorsqu’on est à l’étranger. Pratique pour ne pas se tromper lorsqu’il reste quelques heures pour payer l’option Eurostar <3

par Antwan, le 7 juin 2013 à 15h23. Répondre #

Que voyages-sncf.com et capitainetrain ne fasse pas d’IP tracking, j’en était convaicu. Par contre certains compagnies low cast aérienne (Rayan Air entre autre) ou Delta , uniquement depuis leur site internet le pratiquent.

par ZeHiro, le 30 mai 2013 à 15h41. Répondre #

Ryanair a la rigueur peut-être, puisqu’il faut forcément passer par eux pour réserver (mais bon cette compagnie était « interdite par ma religion », je ne peux pas en dire plus faute d’expérience).

Delta non, ils donnent uniquement le tarif dispo en GDS, sans « ip tracking » (cf. l’explication sur les changements de tarif que j’ai donnée précédemment pour expliquer les variations « subites » de prix).

par Mathieu (@slasherfun), le 30 mai 2013 à 16h56. Répondre #

en effet l’IP tracking est surtout une pratique de compagnie aériennes low cost
Vu qu’elles sont basées à l’étranger, la loi FR risque surtout de pénaliser les opérateurs comme capitaine train et leur imposant des contraintes qui occasionnent des investissements sans résoudre le problème…

par Daniel, le 30 mai 2013 à 16h59. Répondre #

Pour ceux qui trouvent le train cher, allez en suisse ou en Irlande pour voir ce que c’est un billet cher…

par Bp, le 30 mai 2013 à 20h46. Répondre #

C’est amusant que l’article de rue89 prenne comme source un post du blog sosconso qui était lui même basé sur des témoignages de « lecteurs qui ont l’air de s’y connaitre ».

Essayer d’expliquer à ces pseudos journalistes ce qu’est un GDS et pourquoi leur histoire est complètement stupide relève d’une mission impossible.

Enfin bon les gens aiment les théories du complot… et on finira bien par avoir un client qui nous demande un front avec « ip tracking comme ya marqué sur internet »….

par M, le 31 mai 2013 à 17h58. Répondre #

J ne sais pas si l’argument « les tarifs sont centralisés dans de gros systèmes de réservation. Ils n’ont pas la moindre idée de l’IP des clients ou de leurs cookies. » est suffisant.

Ils ont quoi les autres sociétés d’avions ? Des petits systèmes de réservation ? Faut pas non plus nous prendre pour des couillons.

Après je n’ai pas les compétences techniques pour juger.
Pourquoi ne pas laisser la place à des indépendant pour juger s’il y a IP tracking ? Bizarrement personne ne le propose.

Sinon les coïncidences, je n’y crois pas.

par A-snowboard, le 5 juin 2013 à 12h39. Répondre #

Le mot important n’est pas « gros » mais « centralisés ». D’un côté, vous avez le système central, qui fixe les prix. D’un autre, vous avez les sites qui connaissent les IPs. L’API qui permet aux deux systèmes de communiquer entre eux ne gère pas les IPs.

Les compagnies aériennes utilisent peut-être un système différent, je n’en sais rien. Notre article concerne juste la distribution des billets de train de la SNCF.

par Guillaume, le 5 juin 2013 à 12h53. Répondre #

Personnellement que voyages-sncf font de l’ip tracking j’en suis convaincu, depuis quand la sncf est source de fiabilité et d’honnêteté ??
Une pratique informatique simple à mettre en œuvre qui provoque des vente et donc remplis des places surement illégal mais difficile à prouvé ça m’étonnerais fortement qu’ils s’en prive !
Orange ne c’est pas privé de brider ça 3G(24/24 je ne parle pas du fair-use évidemment) sans en informer personne, jusqu’à ce qu’il y ai trop de bruit des utilisateurs et d’être obligé de le reconnaitre et de changer ces pratique…
Je vais faire le test moi même aujourd’hui, on verra bien si la « probabilité supérieur à 0 » ce répète avec moi, en tout cas la probabilité qu’une entreprise française dont l’état est actionnaire ai des pratique illégal elle aussi est bien supérieur à 0 😉

par helldark, le 5 juin 2013 à 14h41. Répondre #

Au mois de mars alors que j’étais sur le site SNCF Voyage en train de finaliser l’achat d’un billet de train pour 2 mois plus tard à 35 EUR, mon ordi à planté et j’ai du redémarrer.
Ô surprise, lorsque j’ai voulu acheter de nouveau mon billet il était passé à 38 EUR… Pensant que j’avais fait une erreur, j’ai tout annulé et refait une requête. Cette fois (c’est à dire quelques minutes après) il était à 48 EUR.
Sentant que j’étais victime d’un bel IP tracking je me suis alors connecté via l’appli sncf en 3G sur mon smartphone pour acheter le billet aux 35 EUR d’origine. Je veux bien que le prix des billets fluctuent d’une minutes à l’autre, mais sur des destinations peu demandées, deux mois à l’avances, deux augmentation de la sorte en quelques minutes, c’est clairement de l’IP tracking, surtout si on arrive avec une autre adresse ip à faire retomber le prix immédiatement.
Cette pratique n’est pas interdite alors pourquoi la SNCF s’entête-t-elle à nier le fait qu’elle la pratique ? Pas très bon commercialement sans doute.

par Gaboum01, le 17 juin 2013 à 10h24. Répondre #

Au lieu de dire que c’est impossible faites tout simplement le test ! Je viens de reproduire les opérations décrites par Gaboum01 et j’ai exactement le même comportement !
Deux augmentations en une minute depuis mon wifi et retour au prix initial via une connexion 3G

par potsie, le 17 juin 2013 à 16h45. Répondre #

Même si je n’ai pas fait la réservation à votre place, ça ressemble à un cas classique : lors de votre première réservation, vous avez bloqué le billet à ce tarif (sans vous en rendre compte). En l’occurrence, le dernier billet disponible à ce tarif.

Quand vous faites une recherche et que vous choisissez un billet, son tarif est « bloqué » le temps de renseigner tous les champs nécessaires à la réservation. Ça évite que, une fois que vous êtes arrivé au bout de la réservation, vous vous retrouviez sans billet parce que quelqu’un d’autre l’a acheté à ce prix entre temps. Concrètement : si vous cliquez sur « Réserver », fermez la fenêtre de votre navigateur sans aller jusqu’au bout, puis recommencez la recherche, alors s’il s’agissait du dernier billet à ce prix, vous ne le verrez plus pendant quelques minutes (je ne connais pas le délai exact).

Ça correspond bien aux étapes décrites ci-dessus. Je conçois que c’est difficile à comprendre lorsqu’on est dans le feu de l’action et qu’on ne connait pas l’envers du décor, mais la centralisation des tarifs rend l’IP tracking impossible pour les billets de train, c’est aussi simple que ça. Nous n’avons aucun intérêt à « défendre » nos concurrents, nous souhaitons juste montrer que cette « polémique » n’est pas fondée.

par Jonathan, le 17 juin 2013 à 23h15. Répondre #

Bien sur que c’est possible et cette pratique est systématique..
Je réserve très régulièrement des billets de trains pour mes enfants et c’est toujours la même chose.
Le biller est a un prix x, le temps de faire quelques autres recherches sur différentes gares pour trouver les meilleurs tarifs, quand je reviens sur le premier trajet, le prix a augmenté.
Je me reconnecte via mon vpn et la.. miracle, le tarif est revenu a sa valeur initiale.
C’est juste lamentable mais complétement raccord avec la politique obscure de tarification de la sncf !!

par nelson, le 3 juillet 2013 à 14h39. Répondre #

Je suis informaticien et j’affirme que cela existe sur les systèmes d’information centralisés
Votre argumentation est celle du service commerciale de la sncf ! …qui ne sont que les fossoyeurs du service public en employant des methodes commerciales douteuses comme celles d’accepter de nouvelles conditions d’information des retard et annulation de train pour ne pas avoir à rembourser le billet
Lisez bien les propositions de la dernières application de la sncf sur ce sujet et vous comprendrez

par lerma, le 5 juillet 2013 à 23h00. Répondre #

« Lisez bien les propositions de la dernières application de la sncf sur ce sujet et vous comprendrez »

Ça m’intéresse mais je ne suis pas sûr de comprendre de quoi vous parlez.

Nous n’avons aucun intérêt à défendre la SNCF. Nous sommes complètement indépendants et il n’est pas rare que nous critiquions en interne la politique ferroviaire menée par l’État Français et celle de la SNCF. Quand nous jugeons que c’est pertinent, nous en parlons même sur ce blog.

La vérité, les preuves, la transparence, etc. ça nous intéresse. La théorie du complot et les rumeurs, non.

par Guillaume, le 5 juillet 2013 à 23h36. Répondre #

J’ai constate l’IP tracking ce soir sur le site SNCF alors arrêtez de nous mentir de manière éhonté comme l’UMP..
L’augmentation de prix est systématique.

par Philippe, le 5 juillet 2013 à 23h02. Répondre #

Le prix des billets de train, de manière générale, ne peut qu’augmenter. Mais il y a des exceptions : quand un billet est annulé ou quand une option expire, il est possible qu’un « vieux » prix soit remis sur le marché.

Cela peut conduire à des variations de prix étranges et qu’on pourrait, tout à fait légitimement, prendre pour le résultat d’un travail d’IP Tracking.

Mais un exemple ne suffit pas et ne suffira jamais à établir une théorie. Aujourd’hui, personne n’a réussi à prouver que la SNCF pratiquait l’IP Tracking. Et pourtant, de nombreuses personnes s’y intéresse.

De notre côté, nous n’avons absolument aucun intérêt à défendre la SNCF (ce serait même plutôt l’inverse). Mais nos connaissances et notre expérience du système de réservation de la SNCF nous amène à penser que, par nature, elle ne peut pas pratiquer l’IP Tracking.

Peut-être que nous nous trompons. Et si c’était le cas, nous n’aurions aucun problème à le reconnaître. Nous nous ferions même un plaisir de revenir sur les preuves qui auraient fait éclater le scandale. Mais pour ça, il nous faut des éléments solides.

Si vous en avez, n’hésitez pas à nous en faire part ici ou par email.

par Guillaume, le 5 juillet 2013 à 23h31. Répondre #

La SNCF fait de l’IP tracking.
Je viens d’en avoir la preuve en faisant des réservations pour un voyage depuis mon poste informatique on me propose un tarif plus cher que la veille sur le même voyage (consulté sur le même poste).
Par contre quand je change de poste donc d’IP, je retrouve le tarif de la veille.
Si ce n’est pas de l’IP tracking alors comme l’expliquez-vous?
Je trouve cela scandaleux.

par Clodine, le 2 août 2013 à 11h04. Répondre #

Si ce n’est pas de l’IP tracking alors comme l’expliquez-vous?

Comme ça : https://blog.capitainetrain.com/2834-sncf-ne-pratique-pas-ip-tracking#comment-2023

par Jonathan, le 2 août 2013 à 11h17. Répondre #

Bonjour à tous,

Tout d’abord, lors d’une conférence organisée à HEC en 2011, l’un des responsables du yield management de la SNCF affirmait alors que la société pratiquait l’IP tracking. Mais après tout, la politique de la société a pu changer entre temps (du moins officiellement) …

Par ailleurs, l’argumentation que vous avancez sur l’achat du dernier billet disponible ne tient guère. J’ai tenté l’expérience avec une offre de dernière minute, non échangeable, non remboursable et non susceptible de faire l’objet d’une option de réservation. Comme plusieurs autres personnes ici, j’ai constaté que le prix augmentait à chaque nouvelle connexion sur mon terminal et revenait au tarif initialement affiché sur un autre terminal, branché au même instant avec une adresse IP différente.

Normal, n’est-ce pas ? Ce devait être le dernier billet disponible.

Pour vérifier cette assertion (et parce que j’en avais besoin), j’ai acheté le (soi-disant) dernier billet en question. J’ai alors retenté l’expérience précédente en obtenant le même résultat. Puis, j’ai racheté une deuxième fois ce billet pour une amie et recommencé une dernière fois l’expérience avec d’autres adresses IP. Pour mémoire, l’annulation, l’échange et les options n’étant pas acceptées, il n’y avait pas de reflux de billets disponibles.

Après, rien ne vous interdit de croire à votre petite fable.

par Coco, le 26 août 2013 à 15h40. Répondre #

Comme beaucoup, vous avez bloqué une place en faisant une réservation. Le temps qu’elle soit remise en vente, c’est la place du contingent suivant (à un prix plus élevé) qui est affichée et vous vous êtes cru ip tracké, comme beaucoup. Combiné aux problématiques de cache des prix qu’on peut rencontrer sur le site du transporteur, on y croirait presque. Et bien non, ça n’est pas de l’IP tracking, c’est juste du yield management.

Depuis quelques jours même la CNIL et DGCCRF ont constaté qu’il ne s’agissait en rien d’une « fable » : http://www.cnil.fr/linstitution/actualite/article/article/ip-tracking-conclusions-de-lenquete-conjointe-menee-par-la-cnil-et-la-dgccrf/

par Jonathan, le 30 janvier 2014 à 11h10. Répondre #

En tant que particulier je n’attache aucune importance à Rue68, mais c’est vrai que ça peut porter préjudice :/

J’avais vu une étude sur ça il y a fort longtemps, genre une éternité pour l’âge d’Internet. Plus récemment un site c’était fait prendre à vendre plus cher pour les utilisateurs de Mac.

« L’IP Tracking » ou le « Cookie Tracking » ou le « Connecté Tracking », j’y crois quand même pour les très grosses boîtes à partir du moment où un développement discret sera rentable.
Mais si ce n’est pas le premier vendeur qui encaisse la différence ça peut-être un intermédiaire.
D’ailleurs il existe une multitude de sites qui vendent pas cher des services publiques qui doivent être accessible gratuitement!

par Skan, le 27 janvier 2014 à 16h03. Répondre #

Bonjour,

Fidèle client de votre service, je n’interviens pas pour relancer le débat, mais à la lecture des nombreux commentaires, je ne vois pas en quoi l’IP tracking serait impossible pour un opérateur malveillant même en passant par un système centralisé.

Je remplis mon formulaire qui provoque l’envoi du requête par le SITE X au système centralisé. Rien n’empêche à ce moment le SITE X de garder trace de mes informations (IP ou cookie, …) et, au retour de la requête, modifier le tarif avant affichage en fonction de ses propres critères.
J’ai du mal à croire que le résultat de la requête au système centralisé ne soit pas « traité » (au moins pour « personnaliser » l’affichage ?) par le SITE X.

Je ne pense effectivement pas malin qu’un système centralisé puisse voir ses réponses modifiées de l’extérieur par le simple ajout d’un paramètre quelconque (IP, ID client, etc) car cela généraliserait et favoriserait la pratique d’IP tracking mais traiter ce que retourne l’API relève de la décision du site client ladite API… et ne me semble pas inenvisageable ?!

par Benoît, le 27 janvier 2014 à 17h25. Répondre #

Navré de vous contredire mais il y a bien un système d’iptracking ou semblable à cela.

– je fait un teste rapide sur un billet que je consulte sans le réserver 24euros.
– je ferme mon navigateur puis je lance une recherche de nouveau. Comme par hasard mon billet mais aussi tout ce proche de l’horaire souhaité ont augmenté de 7euros soit 31 euros.
– je fait exactement la même recherche sur un autre pc connecté sur une autre box internet puis sur mon smartphone.

Comme par magie les prix sont revenus comme à l’initial donc 24euros ^^
Je suis développeur et j’affirme haut et fort que si, il est très facile de mettre en place ce système surtout pour une boîte aussi importante que la SNCF…..

Mes testes tellement dur à effectuer :

– Changement de navigateur
– Utilisation d’une fenêtre privé de navigation
– Effacement de tout les caches :
app, cache, db….
– Changement de support
– Changement d’IP

Bref !

par albert, le 11 mars 2015 à 13h27. Répondre #

je fait un teste rapide sur un billet que je consulte sans le réserver 24euros.

Il suffit de l’avoir sélectionné (sans le payer définitivement) sur la plupart des sites pour que le billet soit bloqué. Au cas où vous vouliez le payer.

Cette sélection d’un billet peut donc faire augmenter les prix pour tout le monde.

Au bout d’un certain temps (20 – 30 minutes) ce prix est à nouveau relâché à la vente. Si plusieurs personnes s’y mettent (blocage – déblocage des billets par sélection des billets) et qu’on est à la limite entre deux prix, les prix peuvent varier de seconde en seconde.

Pas étonnant qu’entre vos manipulations les prix aient changé. Vous auriez pu ne pas effacer vos cookies, les prix seraient redescendus de même. Ce sont les mêmes pour tout le monde.

Je suis développeur et j’affirme haut et fort que si, il est très facile de mettre en place ce système surtout pour une boîte aussi importante que la SNCF…..

Nous sommes développeurs, nous sommes connectés au système de réservation de la SNCF et interagissons avec tous les jours. Il n’y a pas d’IP tracking. Juste du yield management un poil agresssif.

par Vincent, le 30 avril 2015 à 12h07. Répondre #

Pour relancer le débat sur l’IP tracking il faut comprendre comment un billet est reservé. Lorsque vous faites une recherche de billet, vous bloquez un prix, ce qui reviens à réduire l’offre. Avec le YM (Yeld Management) les prix suivant seront impactés. Si vous relancez une recherche et que le prix précédent n’as été libéré, technique qui permet surtout de remplir les différents champs nécessaires à la réservation, vous aurait alors un prix supérieur si les condition du YM ont été remplie (ce qui peut d’expérience aller très vite, car la politique de YM de la SNCF est très agressive). Alors effectivement le site tiers, utilise l’IP, ou les cookies pour temporiser l’enregistrement du billet, mais cela ne constitue pas un IP tracking, pour preuve il faut essayer lors des période moins tendue (2 mois 1/2 avant le départ) en changeant de prestataire (Capitaine train/Sncf/autres) et vous retrouverez les prix …
Et comme cité dans d’autres commentaires, la SNCF ne se donne pas les moyens de le faire, car économiquement le prix des billets n’est pas assez élevé pour justifier de jouer avec l’IP tracking au vu du coût (direct et indrect) que cela engendre …

par Anonyme, le 22 juin 2015 à 11h31. Répondre #

Ip tracking ou pas, il y a des pratiques malhonnête pour les achats en ligne.
J’ai voulu acheter des billets de bus sur le site sncf-voyage, le prix final était supérieur au prix affiché.

par Simon, le 4 octobre 2016 à 15h26. Répondre #

Oui un IP tracking est pratiqué. Qu’on n’invoque pas le Yield management dans la mesure ou je l’ai constaté d’un jour sur l’autre. jusqu’à +50% d’augmentation, ce sur différents trains. Par contre, lorsque j’ai changé d’IP (d’ordinateur et de lieu de connection) j’ai retrouvé des prix à leur niveau de ma premiere observation (apres un laps de temps de plusieurs heures egalement). De plus le site est volontairement opaque lorsque l’on reserve un trajet avec un train sncf+thalys ou eurostar. On ne voit pas quel train a vu son tarif bouger.

par Pierre, le 25 février 2017 à 13h16. Répondre #

IP tracking évidemment constaté et à maintes reprises sur oui.sncf.fr.

A l’instant, le même billet devient 10€ plus cher. Je pose une option de réservation dessus…

Puis me reconnecte au site en changeant mon IP et en navigateur anonyme (sans cookie).

Miracle je retrouve le billet au prix de départ. Et tout ça à minuit, trois mois avant le départ du train en question (qu’on ne vienne pas me parler de yield management).

par Paul, le 22 avril 2018 à 0h41. Répondre #

Pour préciser aux tenants du « yield management » j’ai bien posé une réservation sur le billet, donc réduit le nombre de billets disponible. Les places en question n’étaient d’ailleurs plus disponibles dans le train pour la deuxième.

Selon toute logique le prix aurait donc du augmenter… Alors qu’en changeant mon IP il est revenu au départ.

Aucun doute, IP tracking. J’imagine que c’est légal, mais ce sont des pratiques de margoulin.

par Paul, le 22 avril 2018 à 0h48. Répondre #

Ajoutez votre commentaire

Requis

Requis (caché)

Facebook

Twitter